Coopération : Le Japon se prépare à recruter plus de travailleurs qualifiés cambodgiens

Plus de 9 000 Cambodgiens travaillent actuellement au Japon dans le cadre du programme de formation de stagiaires techniques et gagnent environ 1 500 dollars. Selon les nouvelles règles, quelque 300 000 travailleurs qualifiés supplémentaires devraient être éligibles à ce régime.

Le Cambodge et le Japon doivent signer un mémorandum d’accord à Tokyo à la fin du mois de mars pour améliorer les perspectives des travailleurs cambodgiens.

Le Japon se prépare à recruter plus de travailleurs qualifiés cambodgiens
Le Japon se prépare à recruter plus de travailleurs qualifiés cambodgiens

Craintes

Le ministère du Travail l’a confirmé en février après que le Japon ait modifié sa loi sur l’immigration, offrant aux entreprises japonaises la possibilité d’embaucher directement des travailleurs qualifiés de l’étranger pour combler la pénurie de main d’oeuvre engendrée par le vieillissement de sa population.

Mais les militants des droits des travailleurs craignent que les changements ne puissent résoudre le problème de l’exploitation du travail s’il n’existe pas de processus de recrutement et de conditions d’emploi clairement définis.

«C’est une sorte de pas en avant positif de la part du gouvernement japonais, a déclaré Reiko Harima, coordinatrice régionale du Réseau des migrants du Mékong. “Mais pour le moment, en réalité, on ne sait pas comment ils prévoient la mise en œuvre de l’embauche directe.”

Les activistes craignent que les agences de recrutement exploitent les failles de la loi. “Toute cette information manque de clarté”, a déclaré Harima. “Et parce que les informations ne sont pas claires pour les travailleurs, nous constatons qu’il existe un énorme … espace pour tout courtier qui souhaite tirer profit de ce manque d’informations.”

Le Cambodge est l’un des huit pays asiatiques, dont la Chine, le Vietnam, les Philippines et la Thaïlande, qui devraient bénéficier de la nouvelle loi.

Chou Bun Eng, secrétaire d’Etat au ministère de l’Intérieur, a déclaré aux autorités en février que le gouvernement cambodgien avait annoncé qu’un ensemble de règles claires sur la manière d’embaucher des employés et de définir le rôle des agences de recrutement devrait être créé.

9000 Cambodgiens

Plus de 9 000 Cambodgiens travaillent au Japon dans le cadre du programme de formation de stagiaires techniques et gagnent environ 1 500 dollars. Selon les nouvelles règles, quelque 300 000 travailleurs qualifiés supplémentaires devraient être éligibles au régime.

Toutefois, un rapport du gouvernement japonais publié en 2016 a révélé que des entreprises employant des stagiaires avaient commis des violations des droits de l’homme. Certains des stagiaires ont été forcés de travailler de longues heures et ont été payés moins que le salaire minimum. D’autres ont été forcés de faire des heures supplémentaires. Les lieux de travail ne répondaient pas aux exigences de sécurité du lieu de travail.

“Nous ne pouvons pas vraiment voir comment, dans cette nouvelle catégorie de visas, nous pouvons résoudre ce problème de violations des droits du travail par les employeurs”, a déclaré Harima.

Les activistes ont suggéré que la meilleure solution consistait à limiter les frais que les entreprises peuvent demander aux travailleurs. Actuellement, le coût du recrutement peut atteindre 6 000 dollars.

«Ce qui me préoccupe le plus, c’est que les agences de recrutement au Cambodge agissent toujours à leur guise sans surveillance étroite», a déclaré Hay Vanna, un activiste cambodgien. “Les entreprises japonaises ont tendance à mieux respecter la loi, même si certaines entreprises ont tendance à opérer dans la zone grise.”

Le ministre du Travail, Ith Sam Heng, a déclaré que le Cambodge était prêt à renforcer sa coopération afin de créer une “grande opportunité” pour les deux pays.

Par Men Kimseng – VOA Khmer

Haut de page