Circulation : Formation gratuite pour les conducteurs de tuktuk

La municipalité de Phnom Penh a décidé d’organiser des cours de de formation au code de la route à l’intention des conducteurs de  tuktuk et rickshaw. Le ministère des Travaux publics et des Transports dispensera les cours tous les samedis de 8 h à 17 h pendant deux mois. La formation est gratuite.

Formation gratuite pour les conducteurs de tuktuk
Formation gratuite pour les conducteurs de tuktuk. Photographie Christophe Gargiulo

Selon la municipalité, l’initiative a pour objectif de réduire les encombrements, les accidents, et de garantir la sécurité des passagers. Elle fait également suite à une série de posts sur les réseaux sociaux critiquant la conduite des chauffeurs de tuktuk.

Formation gratuite pour les conducteurs de tuktuk. Photographie Christophe Gargiulo

Après la formation, les participants pourront demander à passer l’examen théorique et le test de conduite pour obtenir un permis de conduire. Après la période de deux mois, les autorités ont déclaré qu’elles feraient appliquer le code de la route de façon beaucoup plus stricte. Le ministère des Transports a annoncé que 145 chauffeurs avaient assisté samedi à la formation le premier jour.

Problèmes

Fin janvier, Le gouverneur de Phnom Penh, S.E. Khuong  Sreng avait organisé une réunion pour tenter de résoudre les problèmes liés à ce type de services de transport, notamment la nécessité pour tous les conducteurs d’avoir un permis de conduire, des cartes d’identité et des plaques d’immatriculation appropriées.

Les rickshaw fabriqués en Inde sont devenus légion dans la capitale, affectant les activités des conducteurs de tuktuk traditionnels. Ces derniers utilisent en effet des applications (PassApp)qui permettent de déterminer à l’avance le prix de la course, écartant de fait la possibilité de négociation comme cela était souvent le cas avec les tuktuk traditionnels. Plus compacts et plus maniables, les rickshaws ont également une fâcheuse tendance à se faufiler dans la circulation et à prendre quelques risques bien inutiles pour gagner quelques secondes sur une course.

Luy Lavy, directeur général du marketing chez PassApp, a déclaré à la presse locale que la société avait encouragé ses conducteurs à suivre le cours de formation. «Nous permettons à 50 à 60 conducteurs par session d’assister à la formation gratuite», a-t-il déclaré. «Nous voulons que nos chauffeurs obtiennent leur permis avant que les autorités n’appliquent strictement les lois.»

Haut de page