Presse – Livre : Nul ne peut faire revivre les morts, de Soth Polin

SOTH POLIN est né en 1943. Son premier roman, Une vie absurde (Tchiivit ‘Et Ney, 1965), fortement influencé par Nietzsche, Freud et Sartre, mais aussi par la philosophie bouddhiste, fut un énorme succès. C’est aujourd’hui encore l’un des livres préférés des jeunes lecteurs cambodgiens.

Nul ne peut faire revivre les morts, de Soth Polin
Nul ne peut faire revivre les morts, de Soth Polin

Il écrivit ensuite de nombreux romans et recueils de nouvelles, dont les grinçants et crépusculaires Tu es l’amour de ma vie (‘Oôn Tchie Mtchah Snaè, 1966), Un homme s’ennuie (Bo’râh ‘Apsok, 1967) et La Mort dans l’âme (Morena’ Knong Duong Tchèt, 1973). La suite ici…

Haut de page