Exposition- A voir : Songes de Theam Muy Lim

Le Sofitel Phnom Penh Phokeethra a inauguré la semaine dernière la collection unique d’art en laque de l’artiste Theam Muy Lim. L’exposition, intitulée «Songes», s’inspire des peintures murales religieuses des pagodes du Cambodge.

Songes de Theam LIM. Photographie Christophe Gargiulo
Songes de Theam LIM. Photographie Christophe Gargiulo

Theam LIM

Theam LIM
Theam LIM

Né dans la province de Takeo, Theam LIM n’avait que neuf ans lors de la chute du régime des Khmers rouges en 1978. Forcé de fuir le pays déchiré par la guerre, Theam et sa famille se sont réfugiés en France en 1980.

Theam se plonge dans le système éducatif artistique français et, peu de temps après avoir obtenu son diplôme de l’excellente école des beaux-arts et de l’école Boule à Paris, Theam rentre au pays pour retrouver ses proches. Il est l’un des rares Cambodgiens rapatriés actuellement impliqués dans la relance du secteur de l’artisanat cambodgien. Depuis 1995, il enseigne avec enthousiasme à des équipes de jeunes apprentis de la campagne comment utiliser l’artisanat traditionnel khmer.

Inspiré par les peintures murales religieuses des majestueuses pagodes du Cambodge, ainsi que par la technique du polychrome et de la laque, dans sa série «Khmer People», Theam exprime sa perception d’une réalité où la particularité et la beauté se combinent de manière homogène.

Songes

L’exposition «Songes» permet d’assister à une série d’essais visuels intimes sur l’ambiguïté floue entre la «réalité» et celles considérées comme «abstraites». Les personnages qui jouent un rôle si important dans les peintures de Theam créent une curieuse scène dans laquelle règnent la confusion et l’ambivalence. Le processus créatif de Theam comprend des images polychromes avec des couches de peinture successives, améliorées par des effets de rayures.

La composition de fines couches de couleurs acryliques fortes crée une belle épaisseur, adoucie ensuite par un sablage méticuleux. Theam joue un jeu incessant d’addition et de soustraction avec ses matériaux, découvrant des effets innovants et fascinants.

Pour ceux qui veulent découvrir la technique unique de l’artiste en matière de polychrome et de laque, l’exposition d’art sera ouverte pendant trois mois à la galerie du Sofitel.

Haut de page