Environnement : Le Cambodge alerte ses ressortissants sur la pollution en Thaïlande

L’ambassade du Cambodge en Thaïlande vient de publier un appel aux migrants cambodgiens pour se protéger de la pollution atmosphérique qui sévit dans la capitale et plusieurs provinces.

Niveau d’alerte

La pollution a atteint le niveau PM2,5 (indice de qualité de l’air). PM signifie particules en suspension (notées « PM » en anglais pour « Particulate matter »). PM2,5 indique que des particules microscopiques d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres peuvent s’infiltrer dans les poumons et ensuite d’autres organes.

Le Cambodge alerte ses ressortissants au sujet de la pollution en Thaïlande
Le Cambodge alerte ses ressortissants au sujet de la pollution en Thaïlande. Photographie Gavin Golden (cc)

Dans une annonce publiée jeudi, l’ambassade a déclaré que le smog à Bangkok et dans certaines provinces telles que Samut Prakan, Samut Sakhon, Nonthaburi et Nakhon Pathom avait atteint le niveau PM2,5.  L’ambassade cambodgienne rappelle qu’en raison de la pollution, le gouvernement thaïlandais a temporairement fermé certaines écoles et établissements d’enseignement afin de protéger la santé des étudiants.

Circulation à Bangkok
Circulation à Bangkok

Masques

« Tous les Cambodgiens présents en Thaïlande, veillez à votre santé et portez des masques de protection N95 (Filtration d’au moins 95 % des particules en suspension) », a déclaré l’ambassade cambodgienne.

Pollution

La pollution de l’air à Bangkok résulte d’un ensemble de facteurs. Le trafic, la construction et les émissions des usines en sont les principales raisons. Mais, en cette période de l’année, la combustion des déchets et des résidus de récolte est également une source majeure de pollution atmosphérique. Celle-ci a également été exacerbée par les conditions météorologiques qui n’ont pas permis aux polluants de se disperser.

Bangkok et d’autres régions de Thaïlande connaissent une pollution atmosphérique régulière. La période prolongée d’air malsain à Bangkok n’est pas propre à la ville ni au pays : 92% de la population de l’Asie et du Pacifique, soit environ 4 milliards de personnes, sont exposées à des niveaux de pollution atmosphérique posant un risque important pour leur santé.

Information démentie

La pollution de l’air en Thaïlande a déclenché un post sur Facebook qui est devenu viral. Le post affirmait que Phnom Penh était également touché par la pollution atmosphérique thailandaise. Cependant, le ministère de l’Environnement cambodgien a démenti l’information. Neth Pheaktra, porte-parole du ministère, a déclaré que la qualité de l’air au Cambodge n’était pas encore affectée par le smog dans les pays voisins.

Réactions

Pour protéger ses habitants contre de graves problèmes de santé, le gouvernement thaïlandais a réagi rapidement en déployant des policiers et des militaires pour inspecter les usines et les incinérateurs, en fermant des écoles pour protéger les enfants et en déployant des avions semeurs de nuages pour forcer la pluie et purifier l’air.

Selon Kakuko Nagatani-Yoshida, Coordonnateur régional des Nations Unies pour l’environnement pour les produits chimiques, les déchets et la qualité de l’air, il s’agit d’un bon début.

”…Le gouvernement doit prendre des mesures décisives pour faire respecter les réglementations en matière de pollution. Et, il est sur la bonne voie jusqu’à présent, déployant des efforts tels que la mise en œuvre stricte des contrôles des émissions. Nous savons qu’ils envisagent également des mesures plus urgentes et nous travaillons étroitement avec le gouvernement pour trouver des solutions à long terme…”, a-t-elle déclaré.

ONU – Environnement

L’ONU a récemment publié des orientations sur la réduction de la pollution atmosphérique. Quelque 25 mesures pourraient réduire d’un tiers la mortalité prématurée dans la région et permettre à un milliard de personnes vivant en Asie de respirer un air pur.

Les Nations Unies et la Coalition pour le climat et la qualité de l’air collaborent déjà avec le Département de la lutte contre la pollution en Thaïlande, le Département du développement de l’énergie alternative et de l’efficacité énergétique et d’autres agences pour mettre en œuvre certaines de ces mesures de réduction de la pollution atmosphérique et réduire de manière substantielle les niveaux de PM2,5.

En particulier, ONU Environnement collabore avec le Département de la lutte contre la pollution pour passer des normes d’émissions de véhicules Euro IV à Euro VI, qui sont actuellement les normes les plus strictes en vigueur.

La collaboration visera également à faciliter le passage de l’essence à l’électrique et à la modernisation des nombreux bateaux et traversiers utilisés pour les transports en commun dans la ville reliée au canal.

Haut de page