Coopération : La Suisse finance le déminage

Lars Buechler, responsable du programme Agriculture et sécurité alimentaire (coopération suisse) a confirmé jeudi que son gouvernement apportera une aide de six millions de dollars US pour le déminage du Cambodge. Le programme s’étend sur la période 2020-2025.

Lars Buechler et  S.E. Ly Thuch
Lars Buechler et S.E. Ly Thuch

Lars Buechler a fait cette annonce lors d’une visite de courtoisie au Vice-président de l’Autorité cambodgienne pour le déminage et l’assistance aux victimes, S.E. Ly Thuch, à Phnom Penh.

De 2013 à 2019, la Suisse a alloué plus de sept millions de dollars US pour fournir des terres agraires sécurisées à la communauté agricole cambodgienne, construire des maisons et mettre en place des infrastructures.

S.E. Ly Thuch a remercié le gouvernement suisse pour son soutien dans le secteur du déminage, une action qui s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de lutte anti-mines 2018-2025.

CMAC

Selon Heng Ratana, directeur général du CMAC, au cours des dix premiers mois de 2018, le Centre cambodgien a nettoyé plus de 75 kilomètres carrés de mines terrestres et détruit 37 665 engins non explosés.  Heng Ratana a déclaré à l’agence Fresh News que, en plus du déminage, le CMAC travaillait activement vers la sensibilisation aux dangers des restes d’explosifs de guerre.

Il a ajouté qu’en 2019, le CMAC prévoit de déminer 116 km2 de mines terrestres. Cela nécessitera le déploiement de 1 700 forces d’opérations, de 68 chiens détecteurs de mines terrestres, de 45 machines de déminage et de plus de 2 500 volontaires. Pour atteindre cet objectif, le CMAC a besoin de 16 millions de dollars US, a souligné le directeur.

Moins de 100 accidents par an

Hun Manit, le fils du premier ministre, a exhorté les partenaires internationaux à poursuivre les aides au déminage pour le Cambodge. Grâce aux efforts du Cambodge au cours des dernières décennies, les accidents causés par des mines et des munitions non explosées ont considérablement diminué. Les victimes de mines antipersonnel au Cambodge entre 2000 et 2005 représentaient plus de 800 accidents par an. Depuis 2016, ils sont inférieurs à 100.

Malgré ces résultats spectaculaires, ce chiffre est toujours plus élevé que celui des pays où le problème des mines est présent. Certaines victimes sont souvent des fermiers qui ont besoin de leurs terres pour des raisons alimentaires, et qui n’attendant pas les opérations de déminage pour les exploiter. “…aider au déminage est aussi un effort national visant à réduire la pauvreté rurale…”, a conclu S.E. Ly Thuch.

Haut de page