Conseil National pour les Femmes : Création d’une aide judiciaire pour les plus démunies

Ky Tech, chef du Conseil des avocats du gouvernement, a déclaré lundi à l’agence Fresh News que le Premier ministre Hun Sen l’avait chargé de former une équipe d’avocats en vue de fournir une aide judiciaire gratuite aux femmes en difficulté au Cambodge.

Le chef du gouvernement a exprimé son désir de former une "aide judiciaire" sous sa supervision directe afin d'aider les femmes démunies au Cambodge
Le chef du gouvernement a exprimé son désir de former une “aide judiciaire” sous sa supervision directe afin d’aider les femmes démunies au Cambodge

Ky Tech

Ky Tech est le fondateur du cabinet d’avocats Cambodia Law Firm (1999). L’avocat est connu pour défendre régulièrement les intérêts du gouvernement royal. En février 2018, le premier ministre Hun Sen l’a élevé par décret au rang de ministre.

A la requête de S.E Hun Sen, Ky Tech recrutera une équipe composée d’une trentaine d’avocats, à majorité féminine, dénommée «Samdech Hun Sen Legal Team». Le siège sera au Conseil des ministres et, selon Ky Tech, des avocats aux niveaux provincial et de district seront également disponibles pour assister les victimes.

Aide judiciaire

Le chef du gouvernement a exprimé son désir de former cette “aide judiciaire” sous sa supervision directe afin d’aider les femmes démunies au Cambodge. L’idée a été lancée lors de la réunion annuelle du Conseil national cambodgien pour les femmes, lundi matin.

lors de la réunion annuelle du Conseil national cambodgien pour les femmes
Lors de la réunion annuelle du Conseil national cambodgien pour les femmes

Réduire les peines d’emprisonnement

Lors de cet événement, le premier a encouragé le ministère des Affaires féminines à coopérer rapidement avec le ministère de la Justice et accélérer les procès et réduire les peines des détenues. Et, il a insisté sur le cas de celles confrontées à des problèmes de maternité, de divorce ou autre.

”…Les femmes détenues sont confrontées à de nombreux problèmes familiaux. De plus, certaines ont des enfants dont elles doivent s’occuper et d’autres ont été abandonnées par leur mari…”, a-t-il déclaré, soulignant que l’heure était à la tolérance et à la compassion. ”…C’est pour cela que certains doivent être graciés en dehors de la traditionnelle période de vacances. Et, cela doit être fait avant le nouvel an Khmer, afin qu’elles puissent rentrer chez elles…”

Avec AKP Phnom Penh – Février 2019

Haut de page