BAD : Le Cambodge en mesure de respecter son programme de protection sociale

Avec les réformes et les politiques fiscales appropriées en place, le royaume, ainsi que quinze autres pays de l’Asie-Pacifique sont en mesure de respecter leur programme de protection sociale, indique la Banque asiatique de développement (BAD) dans son dernier rapport ”Le défi budgétaire de l’Asie: financer le programme de protection sociale du développement durable”. Le rapport (en anglais) est disponible ici.

Ouvrière du textile au Cambodge. Photographie ILO (cc)
Ouvrière du textile au Cambodge. Photographie ILO (cc)

De bonnes chances

Selon le rapport, le Cambodge a de bonnes chances de réaliser son programme de protection sociale au titre des objectifs de développement durable (ODD). Mais, le pays devra équilibrer différents investissements en matière de protection sociale. Le document examine la situation fiscale des 16 pays et les difficultés rencontrées pour mettre en place et développer leurs programmes de protection sociale.

Environ 20% de la population de ces pays vit sous le seuil de pauvreté national. Ceci souligne la nécessité d’améliorer les efforts de protection sociale. ”…De nombreux pays ont encore du mal à créer le financement durable nécessaire à leur programme de protection sociale…”», affirme Woochong Um, directeur général du département du développement durable et du changement climatique à la BAD.

Pays

Le programme de protection sociale au titre des ODD comporte quatre volets : la fourniture de transferts monétaires pour la sécurité du revenu, les services de santé, les services d’éducation et d’autres biens et services essentiels. Et, le rapport révèle que six pays – l’Inde, l’Indonésie, le Kazakhstan, le Népal, les Philippines et le Sri Lanka – devaient s’ouvrir un nouvel espace budgétaire pour satisfaire aux exigences minimales en matière de financement des investissements dans la protection sociale. L’Azerbaïdjan, la Malaisie, la Mongolie, la Chine, la Thaïlande et le Vietnam devraient quant à eux pouvoir respecter le programme de protection sociale dans la limite de leur déficit budgétaire actuel.

“…Seuls le Cambodge, le Laos, le Myanmar et le Timor-Leste devront faire des compromis entre les différents investissements de protection sociale en raison de leurs contraintes budgétaires…”, précise le rapport.

Planification

Selon l’étude, certaines des sources potentielles de mobilisation de revenus pour ces pays comprennent l’augmentation des efforts en matière de fiscalité, la réaffectation des subventions énergétiques et la redistribution des taxes sur les ressources naturelles. Et, le rapport recommande aux gouvernements, à la société civile et aux autres partenaires du développement de lancer immédiatement une planification budgétaire et financière à long terme pour la mise en œuvre du programme de protection sociale.

Haut de page