Aquaculture : Renforcer la sécurité alimentaire avec CAST

Un nouveau projet, CAST (Commercialization of Aquaculture for Sustainable Trade), financé par le ministère de l’Agriculture des États-Unis a pour objectif de renforcer la sécurité alimentaire dans le pays en stimulant l’aquaculture.

17 millions $

Avec un investissement de 17 millions de dollars US, le programme s’étale sur une durée de cinq ans. CAST vise à renforcer tous les maillons de la chaîne de valeur, des écloseries aux producteurs en passant par les acheteurs et les distributeurs. Et, le projet favorisera un accès accru aux alevins et aux aliments.

Une Cambodgienne nourrit ses poissons à Photo de Sylyvann Borei - WorldFish (cc)
Une Cambodgienne nourrit ses poissons à Photo de Sylyvann Borei – WorldFish (cc)

Six provinces

Le projet sera implémenté dans six provinces cambodgiennes : Kandal, Kampong Thom, Siem Reap, Battambang, Pursat et Kampong Cham. Et, il s’inscrit dans le cadre du Plan stratégique de développement de l’aquaculture du gouvernement royal du Cambodge.

Lancement

La cérémonie de lancement était présidée par le ministre cambodgien de l’Agriculture, des Forêts, de la Chasse et de la Pêche, Veng Sakhon, et Michael E. Newbill, chargé d’affaires à l’Ambassade américaine. Mme Megan Francic, représentante du Département américain de l’Agriculture, Jim Hershey, directeur du projet CAST au Cambodge, des représentants d’organisations de la société civile et des officiels du ministère de l’Agriculture assistaient également à cette cérémonie.

Aquaculture : Renforcer tous les maillons de la chaine avec CAST
Aquaculture : Renforcer tous les maillons de la chaine avec CAST

A. Newbill

A. Newbill, chargé d’affaires à l’ambassade des États-Unis a déclaré que l’économie nationale tirera profit de ce secteur à mesure que le Cambodge rejoindra le marché mondial en tant que consommateur et fournisseur de produits d’aquaculture de haute qualité. Et, Il a ajouté que le projet réduira également la pression exercée sur les captures en milieu naturel, qui représentent actuellement 76% de la production totale de la pêche.

S.E Veng Sakhon

Dans son discours, le ministre S.E Veng Sakhon a remercié le gouvernement américain pour sa contribution au développement économique du Cambodge. ”…Ce projet reflète la volonté des Etats-Unis de soutenir la politique du gouvernement royal du Cambodge…”, a-t-il souligné.

Aquaculture

Au Cambodge, l’aquaculture est subdivisée en petites, moyennes et grandes. Les techniques principales sont les cages, les étangs et les enclos. La production aquacole est encore relativement faible comparée aux pêcheries de capture. Et, les activités aquacoles sont principalement encore à petite échelle. Le projet de stratégie de développement de l’aquaculture pour le Cambodge s’inscrit dans le cadre de la mise à jour du plan stratégique de la pêche pour 2014-2019 (développement de l’aquaculture à moyenne et grande échelle).

Eau douce

Le Cambodge contient de nombreuses ressources en eau, telles que le Grand Lac Tonlé Sap, le Mékong, le Bassac et nombre de leurs affluents. Un certain nombre de ces lacs sont des sites potentiels pour l’aquaculture. La plupart des activités de culture sont situées dans des zones disposant de ressources en eau abondantes ou irriguées. Depuis plusieurs années, des zones de pisciculture se sont répandues dans tout le pays, y compris dans les hautes terres. La culture en étang d’eau douce couvre environ une superficie totale de 1 350 ha , comprenant plus de 40 000 étangs. La culture en cage flottante est également importante avec plus de 4000 cages.

Rappel

La pêche et l’aquaculture jouent un rôle vital dans l’économie du pays et apportent une contribution importante à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Les pêcheries du Tonlé Sap et de ses affluents sont considérées comme les pêcheries continentales les plus productives au monde. Elles fournissent environ 75% des prises annuelles du poisson au Cambodge et 60% de l’apport en protéines de la population.

Une étude de grande envergure réalisée par la Commission du fleuve Mékong a révélé que le développement de barrages hydroélectriques pourrait avoir un impact conséquent sur la sécurité alimentaire du Royaume. Jusqu’à 70% de chute des captures seraient envisagées dans le bassin du Mékong selon la MRC.

Avec AKP Phnom Penh, janvier 2019 —

Haut de page