ADB- Programme : Exporter les produits agricoles avec plus de valeur ajoutée

Avec des exportations agricoles majoritairement composées de produits non-transformés, la Banque Asiatique de Développement (BAD) développe actuellement un projet visant à améliorer la qualité et le transport des produits exportés. L’objectif est également d’aider à la création de produits transformés afin d’augmenter sensiblement la valeur ajoutée du secteur.

Travail du riz à Kampong Cham. Photographie Neil Palmer (CIAT)
Travail du riz à Kampong Cham. Photographie Neil Palmer (CIAT)

Les produits agricoles constituent la deuxième exportation du Cambodge, après le textile. Mais, ils ne représentent qu’environ 5% de la valeur des exportations totales. La plupart de ces produits sont exportés sous forme brute, et éventuellement transformés dans les pays clients.

Dans son rapport, la BAD rappelle que l’agriculture reste un secteur stratégique pour l’économie cambodgienne. Elle représente 33,7% du PIB.

Projet

Ce projet de développement s’étalera sur la période 2021-2027. Le ministère de l’Agriculture sera l’agent d’exécution, les ministères de l’Économie et des Finances et du Développement rural y participeront également.

Le budget global sera de  70 millions de dollars US. 2,17 millions seront versés sous forme de subvention et le reste sous forme de prêt à des conditions privilégiées.

Selon la BAD, les objectifs principaux du programme sont d’augmenter la valeur des produits agricoles, réduire le nombre d’intermédiaires, étendre et renforcer les capacités de traitement, faciliter le stockage, améliorer la chaine de froid et les transports.

La BAD précise que le programme vise à à réduire la proportion de produits bruts exportés, en particulier pour le manioc, le riz non décortiqué, la mangue, les légumes et volailles et les noix de cajou.

Rappelons qu’en juillet 2018, la Banque asiatique de développement  a approuvé un prêt de 90 millions de dollars US pour aider le Cambodge à moderniser son secteur agricole et à renforcer sa résilience au changement climatique.

Demande intérieure

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie 2030, la Banque asiatique de développement (BAD) place en priorité une contribution plus significative au secteur de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural en Asie et dans le Pacifique.

Pour répondre à la demande croissante de denrées alimentaires, une augmentation de 60% de la production agricole dans la région sera nécessaire d’ici 2050. ”…Des progrès importants doivent être réalisés en matière d’efficacité et de productivité…. Le défi de l’amélioration de la productivité reste un challenge en raison du changement climatique et des demandes concurrentes de ressources rares – eau et terre – d’autres secteurs des économies asiatiques à croissance rapide…”, indique l’ADB.

Haut de page