Tout Sauf les Armes : Le secteur privé cambodgien se mobilise pour demander l’arrêt de la procédure de retrait

Dans une nouvelle lettre adressée à Cecilia Malmström, Commissaire au commerce au sein de la Commission Européenne et principal artisan de la mise en route du retrait du régime privilégié Tout Sauf les Armes, l’ensemble des chambres de commerce opérant au Cambodge, locales et étrangères, accompagné par pas moins d’une trentaine d’organisations professionnelles, fait à nouveau part de ses vives inquiétudes concernant la procédure de retrait du régime hors taxes dont bénéficie le royaume à l’export vers les 28 pays de l’UE.

Impact économique et efforts mis à mal

S’exprimant au nom du secteur privé, des travailleurs et de la société civile, et bien que l’issue de la procédure TSA reste encore inconnue, les auteurs de la lettre réitèrent leurs préoccupations arguant de l’effet économique désastreux qu’aurait une telle décision. ”…L’impact économique serait significatif et remettrait en cause les énormes efforts entrepris par le secteur privé au Cambodge pour s’inspirer et s’aligner sur les valeurs du modèle économique prôné par l’Union Européenne…”, indique la missive.

Effets directs

Le document rappelle également les progrès très sensibles du Cambodge en matière de développement économique ces dernières décennies et ses implications directes sur le bien-être des travailleurs du secteur. Il cite principalement le secteur du textile dont la bonne santé économique du secteur qui perdure a permis à ce dernier de collaborer avec des organisations internationales ; et de s’aligner sur les conventions défendant les droits des travailleurs et contribuant à l’amélioration de leurs conditions de travail.

Usine textile au Cambodge. Photographie ILO (CC)
Usine textile au Cambodge. Photographie ILO (CC)

Large impact

En conséquence, les représentants du secteur privé avancent la probabilité de répercussions négatives directes sur plusieurs millions de travailleurs du secteur du textile et le risque qu’ils se retrouvent dans une situation précaire, susceptible de les entraîner ensuite vers la pauvreté. En comptant les travailleurs du textile et les activités connexes, il est estimé que 3,7 millions de Cambodgiens environ souffriraient de la crise résultant de la suppression du régime préférentiel TSA.

Attractivité

Alors que les entreprises se trouvent confrontées à de nouvelles politiques sociales contraignantes, mais qu’elles acceptent de mettre en oeuvre, les auteurs de la lettre s’interrogent sur l’attractivité du royaume en matière d’investissement à présent avec la menace de taxes supplémentaires.

Riz cambodgien et mauvaise nouvelle

Suite à l’annonce de l’imposition de taxes sur le riz cambodgien à destination des pays de l’Union le 17 janvier, les socio-professionnels estiment que la décision a été trop rapide, basée sur des éléments d’analyse discutables et laissant penser que l’Europe n’a peut-être pas passé suffisamment de temps et accordé suffisamment de considération aux impacts concernant cette décision. ”…Bien que cette décision à propos du riz cambodgien soit distincte du processus de retrait TSA, il s’agit d’un coup dur porté à l’économie du royaume…”, indique la lettre.

Dialogue

Enfin, les auteurs du document demandent expressément que la Commission Européenne et les pays membres de l’Union  reconsidèrent leur position et poursuivent leur politique de soutien économique au Cambodge. Selon eux, la position actuelle est inique et ne reflète pas l’esprit du partenariat Europe-Cambodge engagé depuis de longues années, et couronné jusqu’à présent d’un succès incontestable. ”…L’annonce même de la procédure de retrait risque d’avoir quelques répercussions sur les relations entre le royaume et l’UE…cela a pu être perçu comme une volonté de fin de dialogue alors que le dialogue a été le principal catalyseur des immenses progrès obtenus en vingt ans pour le bien-être de la population du royaume et des entreprises européennes opérant au Cambodge…”, indique le document ajoutant qu’il serait aussi important de considérer l’histoire difficile du royaume.

Haut de page