SPG : Les sénateurs US Ted Cruz et Chris Coons poussent aux sanctions contre le Cambodge

Les sénateurs américains Ted Cruz et Chris Coons ont présenté mercredi dernier un nouveau projet de loi sur le commerce proposant à l’administration Trump de revoir l’accord commercial préférentiel avec le Cambodge.

Système de préférences généralisé (SPG)

Le Cambodge bénéficie actuellement d’un traitement commercial préférentiel dans le cadre du ”Système de préférences généralisé” (SPG). Mais, la situation politique dans le Royaume, selon l’Union Européenne, a poussé cette dernière à réagir. Les États-Unis sont-il aussi en passe de réévaluer la situation ?

Le sénat américain
Le sénat américain

“…L’Amérique a investi dans l’avenir politique du Cambodge en établissant des échanges commerciaux solides…”, a déclaré le sénateur Ted Cruz dans un communiqué de presse : “…Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, a exploité le traitement préférentiel que lui accordent les Etats-Unis et l’Europe. Il n’a pas respecté les normes fondamentales des droits du travail. Il a porté atteinte à l’intégrité des élections au Cambodge et s’est tourné vers la Chine…”

“…Ce traitement sur le commerce en faveur du Cambodge a pour objectif de responsabiliser le gouvernement du royaume. Ces derniers comportements conforte les mesures prises par nos partenaires européens…”, a-t-il ajouté.

Le Cambodge est devenu bénéficiaire du SPG en 1997. En 2016, le royaume a exporté près de 179 millions de dollars en franchise de droits vers les États-Unis dans le cadre de ce programme. Dans le cadre de ce programme, certains produits de 120 pays peuvent entrer aux États-Unis en franchise de droits. Les États-Unis ont renouvelé leur statut de SPG du Cambodge en avril 2018.

Remise en question

“…Je me demande si le Cambodge devrait avoir un accès préférentiel aux marchés américains…”, a répété le sénateur Coons. “…Les pays qui portent atteinte à la démocratie, ignorent le droit du travail, ne respectent pas les droits de l’homme et ne protègent pas la propriété intellectuelle ne devraient pas bénéficier de privilèges commerciaux spéciaux. Pendant son règne de 34 ans, Hun Sen a montré son dédain pour la primauté du droit et les libertés fondamentales au Cambodge…”, a-t-il ajouté.

Les États-Unis constituent le deuxième marché d’exportation du Cambodge. Le pays a exporté plus de 3 milliards de dollars de marchandises vers les États-Unis l’année dernière. L’UE a déjà entamé le processus de suspension de ses accords commerciaux préférentiels avec le Cambodge, connus sous le nom de “Tout sauf les armes“.

Réactions

Dans une lettre adressée au Congrès des États-Unis en septembre dernier, la Chambre de commerce américaine du Cambodge exhortait les législateurs américains à reconsidérer attentivement d’éventuelles sanctions commerciales contre le Royaume. Amcham appelait également à la prudence quant aux sanctions individuelles à l’encontre de certains dirigeants cambodgiens.

”…L’industrie du vêtement au Cambodge est la source de revenus de plus de 800 000 Cambodgiens à faible revenu…L’industrie continue d’aider les populations rurales à sortir de la pauvreté et constitue l’une des rares possibilités d’emploi pour ceux qui, autrement, seraient confinés dans une agriculture saisonnière limitée…”, Amcham, précisant que :  ”…Toute sanction visant cette industrie nuirait à la plupart des personnes au bas de la pyramide socio économique… des sanctions radicales de toute nature seraient une erreur grave…”, précisait Amcham dans sa lettre.

Avec VOA Khmer

Haut de page