Santé : A propos de la technique du koah kshal – កោស​ ខ្យល់

កោស​ ខ្យល់ – koah kshal – qui frotte la maladie

Frotter des pièces de monnaie sur le corps est une technique  de soin pratiquée dans la plus grande partie de l’Asie du Sud-Est ainsi que dans certains pays d’Asie de l’Est. Au Cambodge, il est pratiqué par tout le monde. Cette technique est connue en khmer sous le nom កោស​ ខ្យល់ (koah kshal – qui frotte la maladie).

កោស​ ខ្យល់ (koah kshal - qui frotte la maladie)
កោស​ ខ្យល់ (koah kshal – qui frotte la maladie). Photographie Christophe Gargiulo

Bien que la pratique et son explication diffèrent selon les régions, il existe d’importants points communs. La procédure implique toujours un type d’huile ou de pommade et un petit objet circulaire, généralement une pièce de monnaie. Le baume du tigre est le plus fréquemment utilisé, surtout au Cambodge. Mais, toutes les combinaisons contenant du camphre, du méthanol, de l’huile d’eucalyptus, de l’huile de menthe poivrée ou de l’huile de cannelle sont utilisées selon les régions.

Technique

Le baume est appliqué et une pièce de monnaie est frottée jusqu’à ce que des marques rouges deviennent visibles. Les lignes sont frottées de chaque côté de la colonne vertébrale. Si la douleur ou la pathologie est intense, le soin peut également être appliqué à tout le corps. Cette technique est supposée guérir l’insomnie, les migraines, les maux de tête, les crampes, les douleurs musculaires, les problèmes respiratoires, la douleur chronique, la toux chronique et les problèmes articulaires.

Explications

Les explications entendues pour justifier la procédure reposent généralement sur l’idée que le mauvais vent ou le miasme sont l’origine de la maladie. Le frottement et la rupture des vaisseaux sanguins permettent à ce miasme de sortir du corps. Parfois, cela est présenté comme un déséquilibre. Comme la pratique vient probablement de Chine, certains l’ont liée au yin et au yang.

D’autres explications impliquent l’augmentation de la circulation sanguine et la décomposition des caillots sanguins toxiques. La technique pourrait, selon certains,  s’intégrer dans un modèle de médecine occidental. Cela suggère la distraction de la douleur, la libération d’endorphine, la relaxation musculaire, l’apport de sang à la surface pour refroidir la fièvre, l’augmentation du nombre de globules blancs et, bien sûr, l’effet placebo

Contestable ?

A l’étranger, les communautés de l’Asie du Sud-Est pratiquent encore le frottement des pièces de monnaie. Mais, elles rencontrent des problèmes avec les professionnels de la santé qui prennent parfois ces marques pour des abus. Les partisans de cette technique traditionnelle affirment que cela ne provoque aucun effet néfaste à long terme mais les professionnels de la santé occidentaux n’acceptent pas réellement cette pratique.

Haut de page