Promotion de la Francophonie (1) : S.E. Dr Chhiv Yiseang, le Cambodge est fortement engagé

S.E. Dr Chhiv Yiseang, sous-secrétaire d’état au ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale et également Président de l’INDRI (Institut National de Diplomatie et des Relations Internationales) ouvrait la semaine dernière, au ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale, la deuxième assemblée générale du Conseil pour la Promotion de la Francophonie au Cambodge (CPFC).

Promotion francophone

Rappelons que le CPFC a été lancé en févriers 2016 sous l’impulsion du ministère des Affaires étrangères. Il a pour objectif de promouvoir la langue française et les valeurs de la Francophonie au Cambodge. Le CPFC regroupe les principaux acteurs de la Francophonie au Cambodge notamment des opérateurs des Sommets de la Francophonie, des fonctionnaires, des représentants des universités cambodgiennes, du monde des affaires, des associations locales et des organismes internationaux œuvrant pour la valorisation de la Francophonie.

Conseil pour la Promotion de la Francophonie au Cambodge
Deuxième Assemblée Générale du Conseil pour la Promotion de la Francophonie au Cambodge

Près de soixante participants, venus des écoles, universités, instituts, associations et aussi du privé assistaient à cette réunion qui avait pour objectif de rappeler le bilan 2018 en matière de promotion de la francophonie et de présenter les actions envisagées pour 2019. Lors de son discours d’ouverture, S.E. Chhiv Yiseang a rappelé les événements concernant l’action francophone au sein de laquelle le Cambodge est fortement impliqué.

Tout au long de la semaine, nous reviendrons sur quelques interventions qui ont marqué cette seconde assemblée générale.

S.E. Dr Chhiv Ysieang, sous-secrétaire d’état au ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale et également Président de l’INDRI (Institut National de Diplomatie et des Relations Internationales)
S.E. Dr Chhiv Yiseang, sous-secrétaire d’état au ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale et également Président de l’INDRI (Institut National de Diplomatie et des Relations Internationales)

Extraits du discours de S.E. Dr Chhiv Yiseang

Bienvenue

Je vous remercie chaleureusement de votre présence. Cela témoigne de l’intérêt que vous portez pour la cause du français, pour la francophonie au Cambodge et dans la région Asie-Pacifique. Au nom de son excellence Prak Sokhonn, Vice Premier ministre et ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, je vous adresse mes très sincères vœux pour 2019. J’adresse un salut particulier à ceux qui viennent de loin, en particulier Mme Ouidad Tebbaa, Directrice régionale de l’Agence Universitaire de la Francophonie à Hanoï.

Grands événements

Nous avons un ordre du jour assez ambitieux. Il s’agit de faire un bilan rapide des actions francophones en 2018 et de parler des projets pour 2019, au Cambodge et dans le monde. Le grand événement francophone de 2018 a été le sommet des chefs d’état tenu en Arménie, à Erevan. J’ai eu l’honneur de représenter activement le Cambodge lors de la conférence ministérielle qui précédait le sommet. Rappelons que la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage, communément appelée “Sommet de la Francophonie”, est l’instance suprême de la Francophonie. Elle fait partie des trois instances consacrées par la Charte de la Francophonie avec la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) et le Conseil permanent de la Francophonie (CPF).

Rwanda

Depuis le 1er janvier 2019, la Rwandaise Louise Mushikiwabo a succédé à Madame Michaëlle Jean. L’élection de madame Mushikiwabo, ancienne ministre des affaires étrangères du Rwanda, témoigne de la volonté d’ouverture au monde de l’Organisation internationale de la Francophonie. Egalement membre du Commonwealth, la nomination du Rwanda a été perçue comme bénéfique pour la grande famille francophone et la promotion des valeurs qu’elle partage.

Je peux vous informer que Madame Mushikiwabo nous a rendu visite dans ce ministère à l’occasion de la tournée des pays francophones qu’elle avait entreprise. Et, nous avons découvert une communauté d’intérêts. Comme vous le savez, le Rwanda et le Cambodge ont tristement partagé un drame similaire, le génocide. Toutefois, après ces tragiques événements, ces deux pays ont fait des efforts pour se reconstruire. Nous avons pu voir que le Rwanda, après le génocide de 1994, a su développer à nouveau son économie assez rapidement, à l’image du Cambodge.

Le Cambodge s’est engagé à soutenir pleinement Madame Mushikiwabo dans sa mission.

Nombreuses actions

Au niveau du Cambodge, l’année 2018 a été marquée par de nombreuses actions dans notre engagement francophone. Pour ma part, depuis 2016, j’ai été désigné pour présider le réseau des structures et institutions nationales en charge de la francophonie en Asie-Pacifique (Resifap). Ce réseau comprend sept états et collectivités membres, le Cambodge, le Vietnam, le Laos, la Corée du Sud, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu et la Thaïlande. Lors de la dernière réunion du Resifap, à Hanoi en novembre dernier, j’ai été élu à nouveau comme président de ce réseau pour deux ans. Cela a été un honneur bien évidemment, mais cela renforce aussi le rôle du Cambodge dans cette immense région qui fait face à de nombreux enjeux.

Lors de cette réunion, nous avons créé notre réseau digital Resifap, très utile pour communiquer entre les correspondants nationaux et les directeurs de cette institution. Cela a permis d’accélérer la signature de divers partenariats, de bien organiser nos manifestations majeures comme la semaine de la Francophonie, et de préparer efficacement nos actions pour 2019.

Conférence IRACM

Aussi, en 2018, le Cambodge a été activement impliqué dans la lutte contre les faux médicaments. En novembre dernier, le Cambodge a organisé, en collaboration avec la France et donc l’IRACM-Institut de Recherche Anti-Contrefaçon de Médicaments, une conférence qui a réuni les six pays du Mékong. A cette occasion, le gouvernement royal a demandé à ce que les recommandations de cette conférence soient élargies aux pays de l’ASEAN et à la famille francophone.

Pour conclure, je souhaite rendre un vibrant hommage à celles et ceux que le Royaume du Cambodge envoie pour des missions de soutien ou d’aide humanitaire dans l’espace francophone. 2018 reste une année riche pour le Cambodge dans son implication dans les activités de déminage dans le monde. En 2019, ils iront au Liban, un autre membre éminent de la famille francophone. Entre 2006 et aujourd’hui, le Cambodge a envoyé plus de 5000 soldats dans le cadre des actions de l’ONU, et majoritairement dans l’espace francophone.

Haut de page