Politique : Sam Rainsy encourage l’UE à supprimer le régime Tout Sauf Les Armes

Appel de Sam Rainsy

Sam Rainsy, le dirigeant de l’opposition en exil, encourage une nouvelle fois l’Union Européenne à supprimer le programme Tout Sauf les Armes (TSA). Tout comme en juin dernier, Sam Rainsy invoque que le retrait du régime préférentiel contribuera à rétablir la démocratie au Cambodge.

Sam Rainsy. Photographie RFA
Sam Rainsy. Photographie RFA

”…Au nom du Parti National de Secours du Cambodge (PNSC), je voudrais exprimer ma profonde gratitude à l’Union Européenne pour ses efforts et sa détermination à contribuer à la défense des droits de l’homme et à la restauration de la démocratie au Cambodge…”, a-t-il écrit ce lundi sur les réseaux sociaux.

“…Je voudrais confirmer à l’Union européenne qu’une suspension du programme TSA est acceptable et se révèle une mesure appropriée à nos yeux…”, a ajouté Sam Rainsy.

”…Nous condamnons la prise en otage du peuple cambodgien par M. Hun Sen pour faire chanter l’Union européenne en vue de fermer les yeux sur sa répression politique de plus en plus sévère…nous voudrions que tous les amis du Cambodge sachent que le peuple cambodgien a souffert pendant des décennies…”, affirme Sam Rainsy dans sa déclaration, ajoutant que : ”…nous sommes disposés à supporter temporairement des difficultés supplémentaires éventuellement associées à la suspension du programme TSA, car nous pouvons envisager un avenir meilleur pour nous-mêmes et nos enfants grâce au rétablissement de la démocratie….Les Cambodgiens continuent de croire en la possibilité d’une meilleure gouvernance, grâce aux actions efficaces de la communauté mondiale des nations démocratiques en général et de l’Union européenne en particulier…”.

Tout sauf les armes

Adopté en 2001, le programme Tout sauf les armes permet l’importation de tous types de marchandises, à l’exception des armes, en provenance des pays les moins avancés vers les 28 pays de l’union Européenne, en franchise de droits et sans quotas. 48 pays, dont le Cambodge, bénéficient de ce régime préférentiel.

Au Cambodge, le régime TSA a procuré de nombreux avantages au secteur agricole et a permis au secteur du textile d’accroître sensiblement ses exportations vers l’Europe. Le 19 janvier, la Commission Européenne a informé le Cambodge de l’imposition de nouvelles taxes sur le riz en vertu des ”clauses de sauvegarde”. La décision a été largement motivée par les producteurs italiens se disant lésés par les prix du riz cambodgien.

Les chefs d’entreprise cambodgiens se sont déclarés très préoccupés par le retrait possible du régime préférentiel : “…La décision imposerait de graves dommages économiques au Cambodge et ferait abstraction des énormes efforts déployés par le secteur privé cambodgien pour aligner ses valeurs sur le modèle économique défendu par l’Union européenne…”, ont écrit les chefs d’entreprises et représentants des chambres consulaires cambodgiens dans une lettre adressée à l’UE  la semaine dernière.

L’UE est actuellement le plus important marché d’exportation du Cambodge. L’Union a importé pour environ 5,7 milliards de dollars US de produits du Cambodge dans le cadre du TSA. Des importations dominés par le textile, les chaussures et les produits agricoles.

Appel aux armées

Dans un autre registre mais dans le même esprit, M. Rainsy a traité le Premier ministre de ”dictateur” sur sa page Facebook. Et, il a appelé les forces armées à ne pas tirer sur des citoyens innocents qui se réuniraient pour l’accueillir à son retour au Cambodge.

”…J’appelle les forces armées à ne pas rester aux côtés du régime dictatorial actuel, mais à se positionner du côté des Cambodgiens qui réclament la liberté et la justice, qui réclament un leadership nouveau, responsable et intègre pour le Cambodge…”, a-t-il écrit.

Réaction

S’adressant vendredi à des milliers de travailleurs de l’industrie du vêtement dans la province de Kampot, S.E. Hun Sen a réagi, déclarant qu’il attendait avec impatience le retour de M. Rainsy : ”…Je veux que vous (M. Rainsy) veniez là où vous appartenez…conformément au verdict du tribunal. Je vous attends avec impatience…Je regrette de vous avoir laissé fuir si tôt…”, a déclaré le Premier ministre. Ce dernier a déjà déclaré à plusieurs reprises que Sam Rainsy serait arrêté et conduit en prison dès sa descente de l’avion.

Perte de confiance

Le ministre de l’Intérieur, Sar Kheng, a déclaré samedi aux dirigeants du PPC que le projet de retour de M.Rainsy faisait partie d’un stratagème politique. Le ministre a précisé que M. Rainsy perdrait la confiance de la communauté internationale et d’anciens membres des partis d’opposition s’il ne rentrait pas au Cambodge comme promis.

Haut de page