Kampong Chhnang : 700 familles vietnamiennes déplacées

700 familles d’origine vietnamienne vivant dans les villages flottants de  Kampong Chhnang ont dû quitter leurs habitations sur le lac Tonle Sap, a déclaré le vice-gouverneur de la province, Sun Sovannarith vendredi. Les autorités ont déplacé ces familles pour les reloger dans le district de Rolea B’ier.

Kampong Chhnang. Photographie LMTP (cc)
Kampong Chhnang. Photographie LMTP (cc)

Relocalisation sous condition

Les familles qui restent ont été autorisées à repousser leur départ car leurs maisons utilisent des filets flottants pour la pisciculture, a déclaré le vice-gouverneur. Il a ajouté toutefois qu’elles seront relogées d’ici juillet : ”…Pour les familles vivant de l’aquaculture, nous allons retarder le déménagement afin que leur élevage ne soit pas affecté…les autorités s’emploient actuellement à viabiliser les terres où elles seront déplacées…”, a expliqué Sun Sovannarith.

Parmi les projets d’infrastructure en cours de préparation figurent des installations de fourniture d’eau et d’électricité, ainsi que des centres de santé. «c’est pour ceux qui peuvent vivre légalement au Cambodge», a-t-il précisé, ajoutant que toute personne dépourvue de documents de séjour serait expulsée vers le Vietnam.

”…C’est la loi, les immigrants clandestins seront déportés…”, a déclaré Sun Sovannarith.

Réactions

Sam Chankea, le coordinateur provincial du groupe local de défense des droits, Adhoc, à Kampong Chhnang, a confirmé vendredi à RFA Khmer que les autorités avaient bien envoyé ces 700 familles vietnamiennes sur des sites de réinstallation. Il a déclaré que les sites de réinstallation n’étaient pas encore prêts.

En novembre dernier, le président de l’Association khmère-vietnamienne, Sim Chi avait fait part de sa préoccupation devant le fait que les autorités avaient commencé à déplacer des familles un mois plus tôt sur des sites dépourvus d’infrastructures de base. Il avait alors demandé au Ministère de l’Intérieur d’intervenir dans le processus de déménagement jusqu’à ce que les autorités construisent suffisamment d’installations sur le terrain.

En novembre également, le président de l’organisation non gouvernementale Ethnic Rights Protection Protection, basée à Kampong Chhnang, Pot Kimsruoy, avait déclaré à RFA Khmer qu’il se félicitait des efforts du gouvernement pour la protection de l’environnement. Mais, il avait exprimé ses préoccupations concernant la relocalisation des villageois sur un site non aménagé.

Avec RFA’s Khmer Service

Haut de page