ISO 15189 – Dr Sokleaph Cheng : Une fierté pour l’Institut Pasteur mais aussi pour le Cambodge

L’Institut Pasteur du Cambodge s’est porté candidat à l’accréditation auprès du comité Français d’Accréditation (COFRAC) fin 2017. Suite à un audit réalisé en mai 2018, le COFRAC a estimé que le laboratoire de Biologie médicale de l’Institut Pasteur satisfaisait aux exigences de la norme. Il lui a donc accordé l’accréditation, pour les activités en biologie clinique : Biochimie, Hématologie, Sérologie infectieuse, Bactériologie et diagnostic de la tuberculose par le GenXpert.

Mercredi soir dernier, le personnel de l’Institut et une soixante d’invités qui ont pu découvrir les locaux de l’Unité de Biologie médicale marquaient cette accréditation qui, au-delà de la reconnaissance technique, est une belle opération pour le prestige et la reconnaissance de la qualité des services fournis par l’Institut. Assistaient à cette soirée des représentants d’établissements de santé, médecins libéraux, pharmaciens ainsi que des représentants des ONG et des ministères de la santé et de l’éducation.

Dr Sokleaph Cheng
Dr Sokleaph Cheng

Sous la houlette de Didier Fontenille, Directeur de l’Institut Pasteur du Cambodge et du Docteur Alexandra Kerléguer, Chef de l’Unité de Biologie Médicale, Dr Sokleaph Cheng a été, avec l’ensemble de l’équipe du laboratoire de biologie médicale, largement impliquée dans la procédure d’accréditation. Pour Cambodge Mag, elle donne quelques explications concernant cette longue et difficile démarche pour parvenir à cette accréditation.

Docteur Alexandra Kerléguer, Chef de l’Unité de Biologie Médicale, Didier Fontenille, Directeur de l’Institut Pasteur Cambodge et Dr Sokleaph Cheng
Docteur Alexandra Kerléguer, Chef de l’Unité de Biologie Médicale, Didier Fontenille, Directeur de l’Institut Pasteur du Cambodge et Dr Sokleaph Cheng, Adjointe de direction à l’Unité de Biologie Médicale

CM : Vous célébrez aujourd’hui une grande nouvelle, comment-vous sentez-vous ?

Evidemment je suis heureuse…nous sommes le premier laboratoire accrédité au Cambodge. C’est une fierté pour l’Institut Pasteur mais aussi pour le Cambodge…(sourire)

CM : Pourquoi cette soirée ?

L’objectif de cette soirée est d’accueillir les partenaires, prescripteurs Mais, également le monde médical qui n’a pas toujours connaissance de nos activités. Il s’agit aussi d’ouvrir nos laboratoires habituellement fermés au public, et d’expliquer en quoi consiste cette norme récemment acquise. Et, en quoi elle atteste d’un suivi, d’une qualité, d’une fiabilité de résultats les plus élevés possibles.

Visite du laboratoire de biologie
Visite du laboratoire de biologie

CM : Depuis quand travaillez-vous pour l’Institut Pasteur

Cela fait huit ans que je travaille à l’Institut Pasteur du Cambodge. Je dirige le laboratoire de mycobactériologie et je suis aussi l’adjointe de la directrice de l’Unité de Biologie Médicale, Alexandra Kerléguer. Le laboratoire de biologie médicale de l’Institut Pasteur du Cambodge est composé de prés de 40 professionnels dont des ingénieurs, pharmaciens, infirmières et techniciens.

CM : Quand avez-vous débuté cette demande d’accréditation ?

Nous avons commencé le projet en 2012. Cela nous a donc pris presque six ans pour obtenir cette accréditation.

CM : Quelles sont les principales étapes ?

C’est un processus assez long, il y a une première phase dite de dossier. Il faut mettre sur papier nos procédures et nos protocoles. Il faut également vérifier que ce que nous avons mis en place est bien aux normes. Nous avons ensuite procédé à un audit interne toujours dans l’objectif de s’assurer que nous répondant aux critères exigés pour cette accréditation.

CM : Concernant le côté technique ?

Techniquement, il s’agit de vérifier minutieusement que toutes les étapes d’une analyse sont bien conformes. Cela part de la collecte d’échantillons de patients jusqu’à l’interprétation des résultats des tests. Il faut aussi prendre en compte des délais d’exécution acceptables, la manière dont les tests sont effectués en cas d’urgence médicale et, le rôle du laboratoire dans la formation et le diagnostic.

Pour qu’un protocole réponde aux exigences strictes de la norme ISO 15189, il faut s’assurer que tous les aspects du processus soient conformes. Cela va de la compétence des techniciens de laboratoire, à la qualité des machines et appareillages, c’est vraiment très strict et très minutieux.

CM : A quel type de contrôles êtes-vous soumis durant la phase d’accréditation ?

La norme nous impose des contrôles qualité très fréquents. Dans le cadre de notre demande d’accréditation, nous avons des contrôles en interne et en externe. Nous avons dû faire des analyses ‘’en aveugle’’ pour tester nos compétence. Cela veut dire que nous devions procéder à une analyse d’échantillons dont nous ne connaissons pas la composition. Nos conclusions seront ensuite comparées avec celles du laboratoire du comité.

CM : Ensuite ?

Ensuite, nous formalisons la demande auprès du COFRAC qui est le Comité français d’accréditation. Ils procèdent à une première évaluation – vérification du dossier. Ensuite, une mission d’audit est envoyée sur place pour vérifier que ce que nous proposons dans le dossier est bien mis en place dans notre laboratoire. Puis, il y a un audit plus officiel avec trois auditeurs qui sont dépêchés sur place et qui vont proposer des conclusions après leur visite.

CM : Ou avez-vous appris le français ?

J’ai appris le Français à l’Université des Sciences de la Santé. Je suis pharmacienne et le cursus là-bas est délivré en Français. En préparant mon diplôme d’études spécialisées de biologie médicale, je suis parti un an en France.

CM : A propos de vos projets…

Je prépare une thèse sur la tuberculose, je suis en troisième année. Je souhaite me consacrer ensuite à la recherche..(sourire)

Propos recueillis par Christophe Gargiulo

Pour consulter les photographies de la soirée du 30-01, cliquer ici…

Haut de page