Interview – USA : Joseph H. Felter en visite au Cambodge pour rétablir la coopération militaire avec les USA

Joseph H. Felter : “…Les relations bilatérales en matière de défense ont subi des revers dramatiques ces dernières années, en raison des liens de plus en plus étroits entre le Cambodge et la Chine, et des tensions politiques entourant les élections générales au Cambodge de l’année dernière…”.

Le sous-secrétaire d'État américain à la Défense pour l'Asie du Sud et du Sud-Est, Joseph H. Felter, s'est rendu au Cambodge pendant deux jours, du 15 au 16 janvier 2019, pour renforcer les liens militaires entre les États-Unis et le Cambodge. (Ky Mengly / VOA Khmer)
Le sous-secrétaire d’État américain à la Défense pour l’Asie du Sud et du Sud-Est, Joseph H. Felter, s’est rendu au Cambodge pendant deux jours, du 15 au 16 janvier 2019, pour renforcer les liens militaires entre les États-Unis et le Cambodge. Photographie  Ky Mengly – VOA Khmer

Le Secrétaire adjoint du Département de la défense des États-Unis pour l’Asie du Sud et du Sud-Est, Joseph H. Felter, s’est rendu au Cambodge la semaine dernière pour discuter du rétablissement de la coopération militaire avec le Cambodge. Les liens bilatéraux en matière de défense ont connu de sérieux revers au cours des dernières années. Le haut responsable du Pentagone s’est entretenu mercredi à Phnom Penh avec VOA Khmer pour discuter des liens de défense avec le Cambodge et de la stratégie américaine Indo-Pacifique visant à contrer l’influence croissante de la Chine dans la région.

Interview :

Pouvez-vous nous parler de votre voyage au Cambodge ?

C’était spécial car il s’agissait de mon premier voyage au Cambodge en tant que sous-secrétaire adjoint à la Défense pour l’Asie du Sud et du Sud-Est. C’était aussi la première fois que nous tenions au Cambodge un débat sur la défense au niveau supérieur. Ce dialogue a eu lieu à l’invitation du général Neang Phat, secrétaire d’État au ministère de la Défense.

Qui avez-vous rencontré du côté cambodgien et de quels sujets avez-vous discuté ?

Mardi, j’ai donc rencontré le général Neang Phat. Il m’a accueilli avec les principaux membres de son personnel du ministère de la Défense et de l’armée cambodgienne. Nous avons visité la base navale de Ream et rencontré le vice-amiral Ouk Seiha, commandant de la base, et son état-major.

Pouvez-vous nous dire quels problèmes vous avez soulevés avec les officiels cambodgiens ?

Dans le cadre du dialogue sur la politique de défense, nous avons abordé diverses questions telles la sécurité régionale et internationale, la coopération multilatérale et bilatérale. La partie la plus importante de notre discussion consistait à tracer une voie pour améliorer et renforcer la coopération militaire entre les États-Unis et le Cambodge.

Les Seabees américaines priées de quitter le royaume..
Les Seabees américaines priées de quitter le royaume en 2017

Nous avons vu de nombreuses activités communes annulées en raison de la situation politique au Cambodge. Avez-vous engagé des discussions avec les autorités cambodgiennes afin de trouver des moyens de les redémarrer ?

Oui, nous avons redémarré à certains niveaux. Le Cambodge a accepté de relancer notre coopération POW / MIA (Prisonniers de guerre / Disparus au combat) et nous trouvons cela très encourageant. Plus tard ce mois-ci, nous aurons une activité commune sur le terrain au cours de laquelle nous effectuerons des opérations de récupération de deux pilotes américains. Nous trouvons donc cela très encourageant.

Ensuite, nous proposerons notre programme pour aider les forces armées cambodgiennes à développer leurs compétences en matière de maintien de la paix. Nous savons que le Cambodge participe à ce type d’opérations et à des missions dans le monde entier. Nous sommes donc impatients de coopérer.

Angkor Sentinel 2016. Photographie – Ambassade des USA à Phnom Penh
Angkor Sentinel 2016. Photographie – Ambassade des USA à Phnom Penh

Nous identifierons donc un certain nombre d’activités que nous pourrons mettre à profit pour renforcer la coopération entre militaires et renforcer les relations de défense. Mais pour s’engager dans cette voie, notre discussion de mardi avec le général Neang Phat a clairement montré qu’un certain nombre de choses devront se produire du côté cambodgien. Le gouvernement doit prendre des initiatives dans les domaines de la promotion de la réconciliation nationale, et aussi ouvrir un espace à la société civile et aux médias. Parmi les domaines spécifiques dans cette voie figurent l’amélioration des exercices bilatéraux et multilatéraux, le redémarrage d’une formation d’échanges combinés communs que nous avons menée par le passé, l’exercice naval CARAT. Les exercices militaires Angkor Sentinel sont un autre exemple.

Votre appel à la libération de Kem Sokha, le chef de l’opposition, suscite une réaction négative de la part des responsables cambodgiens. Que pensez-vous de cela ?

C’est l’un des domaines dont nous avons discuté en détail dans le cadre de la promotion de la réconciliation nationale. Je ne veux pas trop entrer dans les détails. Oui, nous sommes concernés. Les accusations portées contre lui étaient directement liées à une conspiration avec les États-Unis. Je pense que ce serait un bon geste de la part du Cambodge d’abandonner ces accusations. Et, je crois aussi que ce serait un exemple qui nous aiderait dans la voie que nous venons de décrire pour améliorer notre coopération militaire.

Si l’accusation n’est pas abandonnée, cela affectera-t-il la coopération militaire à l’avenir ?

Oui. Cela montre clairement au Cambodge qu’il doit comprendre notre préoccupation. Nous espérons que le Cambodge progressera dans de nombreux autres domaines.

Compte tenu de la tension entre Phnom Penh et Washington au cours des dernières années, pensez-vous qu’il est difficile pour les États-Unis d’améliorer les liens de défense avec le Cambodge ?

Je pense que nous avons une vision partagée avec le Cambodge pour la région indo-pacifique. Nous voulons que le Cambodge soit un pays fort, indépendant et souverain. Et nous sommes à leurs côtés. Quoi qu’il en soit, ils pourraient nous inviter à les aider à maintenir leur souveraineté et à renforcer les capacités de l’armée. Nous avons une vision commune de l’avenir avec le Cambodge et nous sommes prêts à travailler avec eux pour réaliser cette vision.

Mais les représentants du gouvernement du Premier ministre Hun Sen ont déjà dit que les États-Unis s’étaient immiscés dans la politique et la souveraineté cambodgiennes ?

Nous respectons la souveraineté du Cambodge. Nous les respectons en tant que pays souverain qui prend des décisions souveraines, et nous espérons que cela continuera. Nous espérons que nul autre pays ne pourra s’immiscer dans la souveraineté du Cambodge et ne l’influencera en matière de décision.

Pourquoi les États-Unis s’inquiètent-ils tant de l’installation éventuelle d’une base militaire chinoise au Cambodge ?

Je pense que cela provient de la lettre de notre vice-président Mike Pence qui a été envoyée au Premier ministre Hun Sen pour faire part de ses préoccupations face à une présence militaire étrangère ou à une base au Cambodge. Le Premier ministre a vigoureusement répondu en affirmant son soutien à la constitution cambodgienne, qui interdit la présence d’une base militaire étrangère dans le pays. Nous trouvons cela également encourageant. Mais, nous craignons que la Chine ne conduise le Cambodge sur cette voie et qu’elle se dise: “…Ce sera une base commune ou une présence par rotation ou bien une installations pour les navires et les avions commerciaux…”. Nous sommes préoccupés car, il y a des précédents. Et, le Cambodge pourrait tomber dans le même piège que d’autres pays et se retrouver avec une présence militaire chinoise. Nous trouvons cela très préoccupant.

Quels sont les défis actuels des liens de défense américano-cambodgiens ?

Nous avons un intérêt commun à établir des relations militaires et à renforcer nos relations bilatérales. Nous avons une longue histoire de coopération militaire. Nous avons visité la base navale de Ream où nous entretenons depuis longtemps une coopération en matière de soutien à la marine cambodgienne. Nous avons pu visiter certaines des installations fournies par les États-Unis au Cambodge : le hangar à bateaux, les hôpitaux et les salles de classe pour la formation en anglais. Cependant, je pense que nous pouvons nous engager sur le renforcement de cette coopération si le Cambodge prend l’initiative de mesures de réconciliation nationale…voir ce que j’ai dit plus tôt sur ce sujet.

Que voyez-vous comme rôle américain dans l’ordre de sécurité ici dans cette région ?

Nous avons maintenant la stratégie de défense nationale qui a une vue sur la région indo-pacifique. Toutefois, dans leur stratégie de défense nationale, les États-Unis ont pour objectif de renforcer les alliances, de nouer des partenariats et d’aider les pays de la région à renforcer les capacités de leurs forces armées afin qu’elles puissent défendre leur souveraineté et à s’assurer qu’aucun pays ne peut dominer la région.

Avec la militarisation en cours des îles artificielles par la Chine dans la mer de Chine méridionale, où les États-Unis et leurs alliés continuent d’exercer leurs activités en matière de liberté de navigation, vous attendez-vous à des affrontements dans le futur ?

Nous ne recherchons certainement aucun type de confrontation. Comme beaucoup d’autres pays, les États-Unis recherchent et souhaitent une relation constructive avec la Chine. Nous coopérerons là où nos intérêts se chevauchent. Mais nous allons rivaliser là où nos intérêts divergent. Nos intérêts divergent en mer de Chine méridionale. Comme nous le savons tous, la Chine militarise les revendications dans la mer de Chine méridionale. La Chine a des revendications qui n’ont aucune base en droit international, qui ne sont tout simplement pas légales. Les États-Unis continueront donc à voler, naviguer et opérer là où les lois internationales le permettent.

Dans une récente enquête réalisée par l’Institut ISEAS-Yusof Ishak de Singapour auprès d’un millier d’universitaires, d’observateurs et de parties prenantes, environ 61% des personnes interrogées ont déclaré que l’Indo-Pacifique était un «concept flou».

C’est un nouveau concept, il résulte de nos stratégies de défense nationale élaborées avec le gouvernement actuel. Nous devons donc clarifier. Nous avons fait un certain nombre de choses pour aider à clarifier cela. Mais c’est en réalité très simple. Ce n’est pas très difficile à saisir. Notre stratégie indo-pacifique est la stratégie qui vise à garantir que nous restons libres et ouverts et que les lois de tous les pays soient protégées par le droit international et qu’aucun pays ne dominera cette région. Vous regardez toute la stratégie indo-pacifique, elle reflète les stratégies du Japon, de l’Indonésie et d’un certain nombre d’autres états qui ont également une vision pour un indo-pacifique libre et ouvert où tous les états sont protégés par le droit international.

Compte tenu des incertitudes entourant l’arrêt partiel du gouvernement fédéral à Washington et la démission de l’ancien secrétaire James Mattis, pensez-vous que cela posera des difficultés pour la mise en œuvre de la stratégie indo-pacifique?

Non. Notre intérêt persiste dans la région indo-pacifique. Les individus et les gouvernements vont et viennent. J’ai travaillé en étroite collaboration avec le secrétaire Jim Mattis et il m’a amené au Pentagone. Alors, il me manque. Mais, avec l’actuel secrétaire à la Défense par intérim Patrick Shanahan, qui a collaboré pendant un an et demi avec Mattis, il n’y aura pas de grand changement. Encore une fois, les intérêts américains perdurent. Notre intérêt dans ce cas est de garder la région libre et ouverte en travaillant avec nos partenaires.

Par  Sun Narin – Aun Chhengpor – Sokummono Khan – Ky Mengly
VOA Khmer

NDLR : Pour des raisons de clarté, l’interview a été sensiblement réduite

Haut de page