Initiative : Biogaz, énergie et profits pour les communautés rurales

ATEC design, entreprise créée fin 2016 par deux ONG australiennes, produit et commercialise des méthaniseurs domestiques. Socheat Cheng est, depuis bientôt deux ans, le directeur commercial pour le Cambodge de cette entreprise sociale. Rencontre avec un self made man cambodgien qui nous explique le fonctionnement de ce système.

Méthaniseur livré à un foyer cambodgien. Photographie fournie
Méthaniseur livré à un foyer cambodgien. Photographie fournie

CM : Comment fonctionnent les méthaniseurs, exactement ?

Ce sont des systèmes qui fonctionnent avec des déchets organiques comme les déjections animales ou les déchets verts. Le biogaz est créé par la fermentation de la matière organique qui est chargée dans le système quotidiennement. Le méthaniseur collecte ensuite le méthane pour alimenter la cuisine en gaz. La matière organique ressort du système et peut être utilisée comme fertilisant bio pour les terres.

CM : En quoi ATEC se définit-elle comme une entreprise sociale ?

C’est une entreprise qui a un objectif de rentabilité et de profit. Mais sa préoccupation majeure est son impact social et le fait d’être bénéfique à la société et à la population. Ce que nous vendons à nos clients est conçu dans le but d’améliorer leurs conditions de vie, leur santé, économiser leur temps et leur argent, et moderniser les foyers. Chaque mois je vais à la rencontre des clients, et souvent ils nous remercient de leur avoir vendu cela car cela a changé leur vie. Je suis heureux de participer au développement du Cambodge de cette manière.

CM : Quels sont précisément les impacts sociaux des méthaniseurs que vous commercialisez ?

Au Cambodge, la plupart des gens cuisinent encore au bois. Collecter le bois leur prend 20 heures par semaine. Ainsi, nos systèmes leur permettent d’économiser du temps, qu’ils peuvent utiliser à cultiver par exemple. Par ailleurs, cela leur permet d’avoir du gaz gratuit pour cuisiner.

L’innovation proposée par ATEC est un méthaniseur capable d’être installé dans  n’importe quel environnement. Photographie fournie
L’innovation proposée par ATEC est un méthaniseur capable d’être installé dans n’importe quel environnement. Photographie fournie

Au début, nous pensions que l’intérêt des méthaniseurs était le biogaz, mais en deux ans, nous nous sommes rendu compte que le plus grand avantage pour les familles résidait dans la pro-duction de fertilisants ! Selon nos sondages, l’engrais généré augmente la production de riz de 11% chaque année et celle de fruits et légumes de 32%. Cela permet donc de se débarrasser des engrais chimiques, qui sont une préoccupation majeure pour l’environnement. Les engrais produits peuvent même être revendus et générer un revenu pour la famille.

CM :  Comment sensibiliser à tous ces avantages alors qu’il est parfois difficile d’avoir une vision à long terme quand la contrainte financière est importante ?

ATEC travaille main avec des distributeurs locaux qui font la promotion des méthaniseurs dans les communautés et villages. Nous organisons des réunions dans les villages où nous informons les agriculteurs. Mais nous touchons aussi un large public via Facebook, où nous publions des posts ou vidéos explicatives de l’impact et de l’avantage des méthaniseurs.

CM ; Existe-t-il d’autres entreprises qui commercialisent elles aussi des méthaniseurs sur le marché cambodgien ?

Oui, il y en a quelques-unes. Les méthaniseurs ne sont pas nouveaux, mais ils sont tous faits en ciment, brique ou métal et sont enterrés donc se cassent facilement, dans les zones sujettes aux tremblements de terre ou inondations. L’innovation proposée par ATEC est un méthaniseur capable d’être installé dans n’importe quel environnement. Les nôtres sont en plastique, une matière plus flexible, et font 2m de haut, donc ils résistent aux inondations. C’est aussi l’une des raisons pour laquelle nous nous exportons dans plusieurs pays d’Asie : nous installons aussi des systèmes en Indonésie, Birmanie, Thaïlande, et maintenant au Bangladesh. Notre objectif, d’ici 2030 est de vendre plus de un million de systèmes dans les cinq pays. Nous avons ainsi la possibilité d’élargir notre impact social, en élargissant notre marché : nous considérons qu’il y a un marché de 205 millions de foyers dans le monde, dont 1,3 millions au Cambodge.

CM : Quelles évolutions significatives avez-vous vu dans l’entreprise, depuis votre arrivée ?

Chaque jour, l’entreprise évolue car nous apprenons quotidiennement. Nous apprenons de nos réussites comme de nos échecs, du personnel, des investisseurs, des clients… Notre stratégie évolue en fonction des retours et des besoins de ces derniers. C’est ce qui me plait au sein d’ATEC et m’offre un certain épanouissement personnel.
Par Adèle Tanguy

Haut de page