Commerce : Des crocodiles cambodgiens pour les Chinois

Le Cambodge aurait pour ambition d’étendre le marché du crocodile d’élevage en Chine, tout en continuant à vendre au Vietnam, et en Thaïlande. Ces deux principaux marchés d’export ne sont pas suffisants pour permettre à ce secteur d’être florissant comme par le passé.

Crocodiles - Hybrides au repos. Photographie par Christophe Gargiulo
Crocodiles – Hybrides au repos. Photographie par Christophe Gargiulo

Bos Khlang

Lors d’une visite à la ferme de crocodiles de Chroyin située dans le village de Bos Khlang, commune de Chrov, à Siem Reap, le 27 janvier 2019, le ministre de l’Agriculture, des Forêts et des Pêcheries, S.E. Veng Sakhon, a conseillé aux fermes de coopérer avec l’administration des pêches afin d’évaluer le potentiel d’export des crocodiles pour le marché chinois.

S.E. Veng Sakhon, a conseillé aux fermes de coopérer avec l'administration des pêches afin d'évaluer le potentiel d'export des crocodiles
S.E. Veng Sakhon, a conseillé aux fermes de coopérer avec l’administration des pêches afin d’évaluer le potentiel d’export des crocodiles

Il a ajouté que des efforts devraient être faits pour maximiser la production et la transformation. Il a déclaré que cela favoriserait l’emploi pour les locaux. ”…Actuellement, un crocodile âgé de trois ans vend entre 5 et 6 dollars le kilogramme. À cet âge et à cette taille, la peau est de bonne qualité et exportable…”, a précisé le ministre.

Khoy Chin

Khoy Chin, un éleveur de crocodiles, a déclaré que sa ferme était en activité depuis plus de 20 ans. L’année dernière, 1 200 adultes et 3 200 adolescents ont grandi sur une superficie de 16 000 mètres carrés. Il a ajouté que le principal marché se situe au Vietnam et en Thaïlande. Selon lui, le Cambodge exporte actuellement environ 350 000 crocodiles par an (ndlr – cela semble beaucoup…).

Crocodile de la ”ferme” de Siem Reap. Un hybride indo-pacifique - Siam
Crocodile de la ”ferme” de Siem Reap. Un hybride indo-pacifique – Siam. Photographie par Christophe Gargiulo

2005

Depuis 2005, le gouvernement incite les agriculteurs à cesser d’exporter des bébés crocodiles et à vendre les peaux de crocodiles adultes. Les éleveurs peuvent vendre des bébés crocodiles âgés de 3 à 12 mois au prix de 12 à 14 dollars par tête contre 20 $ auparavant. La peau d’un adulte de trois ans peut être vendue environ 80 dollars.  Plus de 440 fermes de crocodiles seraient officiellement enregistrées auprès du ministère des Pêcheries. Le ministère indique que plus de 13 000 crocodiles sont élevés au Cambodge.

Secteur difficile

Florissant au début des années 2000 avec la Thailande comme principal acheteur, le marché des crocodiles s’est ensuite érodé alors que la Thailande a décidé de créer ses propres élevages. Cela a rapidement posé des problèmes de surpopulation dans les fermes et villages se livrant à cette activité. Les coûts de transport élevés, la demande de plus en plus limitée des pays voisins, les coûts des licences d’exportation et l’offre excédentaire sur le marché intérieur ont entraîné cette baisse significative du prix des bébés crocodiles.

Ferme encombrée
Ferme encombrée. Photographie par Christophe Gargiulo

A savoir également que les crocodiles d’élevage ne peuvent être relâchés dans la nature. Habitués à être nourris en captivité, ils ne savant pas chasser et reviennent généralement, dans le cas des fermes des villages flottants, vers leurs cages pour chercher de la nourriture.

Espèces

Le Crocodile du Siam ne peut en théorie être capturé pour l’exploitation commerciale en raison de son statut d’espèce en danger. Des hybrides ont été créés avec des crocodiles d’eau salée (Indo-Pacifique). Ce sont généralement ces espèces hybrides Siam – Indo-Pacifique qui sont élevées dans les fermes cambodgiennes.

Cette méthode, contestée par les scientifiques, donne parfois naissance à des spécimens agressifs et plutôt volumineux quand ils ne présentent pas de défauts génétiques. Ils nécessitent donc plus d’attention et de soin et plus d’espace que leur réserve certaines fermes. L’hybride possède toutefois un avantage commercial, sa peau est de bonne qualité et donc plus facilement exportable.

A considérer également l’impact écologique. En effet, les crocodiles d’élevages sont nourris avec des serpents d’eau douce du Tonle Sap. Des dizaines de milliers de pêcheurs capturent plusieurs millions de serpents d’eau dans le Tonlé Sap chaque année pendant la saison des inondations. La majorité des prises sont destinés à nourrir les crocodiles d’élevage mais, depuis les années 2008-2009, les prises ont diminué d’environ 70%.

Export vers la Chine

1,2 million de crocodiles sont élevés dans plus de 1 000 fermes en Thaïlande. Certaines sont équipés d’abattoirs et de tanneries pour la fabrication de produits de luxe. Beaucoup sont en activité depuis de longues années et sont inscrites à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Ceci leur permet d’exporter légalement des produits fabriqués à partir de crocodile du Siam, espèce en danger d’extinction. La Chine est l’un de des principaux acheteurs de crocodiles et produits à base de peaux. Le Cambodge risque donc de se retrouver en concurrence avec son ancien plus gros client qui, de surcroît, est en mesure de transformer les peaux.

Crocodile à vendre sur un marché de Shenyang City
Crocodile à vendre sur un marché de Shenyang City

Chacun sait également que les Chinois sont amateurs de produits à base d’animaux sauvages. Et, certains sacs à main et vestes en peau de croco fabriqués en Thailande peuvent se vendre en Chine respectivement 2 360 et 5 900 dollars US. La viande est vendue aux alentours de 10 $ le kilo. Quant à la bile, réputée pour ses soi-disant effets thérapeutiques, elle est vendue 1 280 dollars US le kilo. A voir donc sur quel type de produit ”croco” le Cambodge pourra éventuellement se positionner sur un marché qui redémarre mais connu pour sa versatilité.

CG

Haut de page