Siem Reap : La CCI France Cambodge sur le tarmac

Le comité local de la CCI France Cambodge a organisé mardi 11 décembre une deuxième réunion d’informations à destination des professionnels. Après avoir visité les locaux de PACTICS en octobre dernier, c’est le thème de la sécurité au travail qui a été traité au cours d’une matinée riche en enseignements.

Siem Reap : La CCI France sur le tarmac
Siem Reap : La CCI France sur le tarmac

Un lieu idéal pour aborder la question

Quel endroit plus adéquat pour débattre du sujet qu’un aéroport ? Avec ses 2250 employés et ses 10 millions de passagers annuels, un cap atteint mi-décembre 2018, Cambodia Airports, le concessionnaire des aéroports internationaux de Phnom Penh, Siem Reap, Sihanoukville) accorde une place prépondérante à la problématique de la sécurité au travail. Pour l’aéroport de Siem Reap, quatre intervenants du groupe VINCI, gestionnaire du lieu, se sont succédé pour aborder tous les aspects de cette thématique. Riches de leur expérience, les procédures, mesures préventives et conventions ont été passées en revue, avant d’être illustrées par une visite sur le tarmac.

De gauche à droite : Sobey Moun, responsable des opérations au sol, Yannick Aillerie, directeur général de l’aéroport, et Sunday Sen, responsable des opérations
De gauche à droite : Sobey Moun, responsable des opérations au sol, Yannick Aillerie, directeur général de l’aéroport, et Sunday Sen, responsable des opérations

Intervenants d’envergure

Yannick Aillerie, directeur général de l’aéroport, Sunday Sen, responsable des opérations, et Florent de Warren, en charge de la qualité, de l’hygiène, de la sécurité et de l’environnement, rejoints plus tard par Sobey Moun, responsable des opérations au sol, ont pris la parole afin de fournir une multitude d’informations sur le sujet. Tous ont effectué la majeure partie de leur carrière au sein du groupe Vinci, dont les prérogatives couvrent la quasi-totalité des opérations aéroportuaires. En plus des normes édictées par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale, une agence onusienne, et les standards internationaux de l’industrie de l’aviation et aéroportuaires qui doivent être strictement appliqués, Cambodia Airports a mis en place des règles complémentaires de sécurité, via des procédures internes.

Sujet d’intérêt général

Si le thème de la sécurité au travail a été abordé sous le prisme aéroportuaire, les problématiques inhérentes à la question concernent une grande partie des secteurs professionnels. Parmi les personnes assistant à la réunion, des entrepreneurs, des artisans, des acteurs du tourisme et de l’hôtellerie ont pu profiter de maints conseils et d’exemples pratiques qui leur permettront d’entamer une réflexion sur les procédures à mettre en œuvre. Avant de détailler ces dernières, les répercussions entraînées par un accident du travail ont été abordées : les impacts humain, médiatique, légal et financier peuvent s’avérer lourds de conséquences pour une entreprise. En effet, face à une législation et règles en devenir dans le domaine, les entreprises locales et leurs employés peuvent ignorer, volontairement ou non, certains principes de base tels que les dépassements excessifs des heures de travail sur les chantiers, le maniement des outils électriques les pieds dans l’eau, ou le soulèvement de fortes charges sans technique adaptée…

Parmi les personnes assistant à la réunion, des entrepreneurs, des artisans, des acteurs du tourisme et de l’hôtellerie ont pu profiter de maints conseils et d’exemples pratiques qui leur permettront d’entamer une réflexion sur les procédures à mettre en œuvre
Parmi les personnes assistant à la réunion, des entrepreneurs, des artisans, des acteurs du tourisme et de l’hôtellerie ont pu profiter de maints conseils et d’exemples pratiques qui leur permettront d’entamer une réflexion sur les procédures à mettre en œuvre

Éléments de réponse

Comment, dès lors, déterminer les procédures adéquates pour réduire les risques d’accident ? L’exemple de l’aéroport de Siem Reap permet d’entrevoir plusieurs solutions. Des règles d’or ont été promulguées, rappelant au personnel des obligations souvent simples, mais tombant parfois dans l’oubli ou la négligence. Ces règles se doivent d’être minutieusement choisies, afin de ne pas entraîner un surplus d’informations qui se révélerait contre-productif. Il faut en outre privilégier la responsabilisation, l’implication et la motivation des employés des aéroports pour les amener à respecter les procédures, notamment via des « challenges » sécurité et autres concours participatifs.

Des audits ont été mis en place afin de dresser une cartographie des risques potentiels, permettant ainsi d’anticiper le moindre problème. Des exercices d’urgence et de crises sont aussi régulièrement organisés pour améliorer la coopération entre les différents acteurs travaillant sur l’aéroport. Des supports d’information ont été imprimés et largement diffusés, y compris aux intervenants extérieurs, Les appels d’offres détaillent aussi les règles strictes d’environnement de travail, où notamment la possession d’équipement personnel individuel (EPI) est obligatoire (casques de chantier, gants, chasubles, chaussure de sécurité…).

Sensibilisation à la sécurité routière

Peu le savent, mais les accidents se produisant sur le trajet séparant le domicile du lieu d’activité sont considérés comme des accidents du travail, et représentent plus de la moitié d’entre eux. En interne ou en coopération avec des agences gouvernementales, des campagnes de sensibilisation à la sécurité routière sont organisées et des casques de moto régulièrement distribués aux employés. Enfin, fort de ses compétences internationales (44 aéroports dans 11 pays, dont 3 au Cambodge), Vinci organise deux fois par an une réunion rassemblant tous les responsables de la sécurité du groupe, permettant un partage des compétences et des expériences. Tels sont quelques-uns des éléments mis en œuvre afin d’assurer une sécurité maximale dans un lieu certes particulier, mais dont les procédures intéresseront un très large public. Fort du succès de cette rencontre, la CCI France prévoit d’organiser en février une nouvelle réunion, sur le thème, cette fois, du tourisme.

Haut de page