RFA – Sam Rainsy : Je reviens au Cambodge en 2019

Sam Rainsy a promis de retourner au Cambodge en 2019 pour lutter en faveur de la démocratie alors que,  rappelle-t-il, l’opposition vit actuellement de profondes divisions.

Sam Rainsy lors d'une interview avec RFA
Sam Rainsy lors d’une interview avec RFA

Récemment nommé président par intérim du Parti national du Sauvetage du Cambodge (PNSC), Sam Rainsy s’est engagé à revenir dans le royaume lors d’un forum public pour les partisans du parti qui s’est déroulé à Paris dimanche.

“…Je demande à tous les Cambodgiens de se lever et de se joindre à moi à ce moment-là, afin que nous puissions ensemble lutter pour un réel changement…”, a déclaré Sam Rainsy, ajoutant : “…Nous devons nous battre contre Hun Sen et rétablir la démocratie en 2019…”

Ancien parti d’opposition au Parti du peuple cambodgien dirigé par le Premier ministre Hun Sen, le PNSC a été dissous par la Cour suprême du Cambodge en novembre 2017.

Sam Rainsy avait cofondé le parti d’opposition PNSC en 2012 après avoir fusionné son parti Sam Rainsy avec le parti des droits de l’homme de Kem Sokha. Sam Rainsy était président du nouveau parti, mais a démissionné pendant son exil en février 2017 au profit de Kem Sokha, alors vice-président.

Cependant, alors que Kem Sokha est actuellement en résidence surveillée en attendant son procès pour trahison, Sam Rainsy est devenu président par intérim le 9 décembre, après avoir été nommé lors d’une conférence internationale du PNSC à Atlanta. La manifestation a été boycottée par les partisans de Kem Sokha.

Réactions

Les deux factions du PNSC ont réagi différemment à la promesse de Sam Rainsy de revenir.

Le député du PNSC, Mao Monivan, qui a quitté le parti Sam Rainsy pour le parti des droits de l’homme avant leur fusion, a déclaré au service khmer de RFA : ”…C’est trop peu, trop tard !…Sam Rainsy aurait dû rentrer au Cambodge immédiatement après la dissolution du PNSC…”, a-t-il déclaré.

Dans le cadre d’une initiative visant à informer la communauté internationale et à promouvoir la transparence, le PNSC a adressé au Département d’État américain une déclaration dans laquelle il décrivait la nomination de Sam Rainsy au poste de président par intérim. Le communiqué explique que l’une des priorités du parti est de se battre pour la libération du président du parti, Kem Sokha. Les divisions au sein du parti ne sont pas évoquées dans la déclaration.

PPC

Sok Eysan, un porte-parole PPC au pouvoir, s’est moqué de l’engagement de Sam Rainsy de revenir : “Je ne crois pas que Sam Rainsy reviendra au Cambodge en 2019…”, a-t-il déclaré, ajoutant : ”…Sam Rainsy reste un lâche. Il est également très doué pour mentir…”.

”…Ce n’est pas la première fois qu’il ment pour son retour au Cambodge. Son appel à se soulever contre le gouvernement est une incitation à la révolte…”, indique Sok Eysan. “…S’il revient, nous l’accueillerons sûrement en prison, où il sera emmené dès qu’il aura mis les pieds sur le sol cambodgien…”

Avec Nareth Muong – RFA Khmer

Haut de page