Lutte contre le Sida : Le Cambodge en avance sur les objectifs

Le président de la National AIDS Authority (NAA) Ieng Moly a déclaré samedi que le Cambodge luttait avec succès contre le sida. Le royaume a atteint 90% de son objectif fixé à 2025.

Photographie par Zoriah
Patient, Photographie par Zoriah

Cependant, le nombre de patients atteints du sida qui ne demandent pas de traitement suscite quelques préoccupations. Ieng Moly s’exprimait lors d’une cérémonie marquant la Journée mondiale du Sida à Koh Pich Un événement organisé conjointement par la NAA et la AIDS Healthcare Foundation (AHF), qui travaille avec 42 pays dans le monde.

Plus de 67 000 Cambodgiens ont le sida et environ 50 000 personnes ont reçu des soins médicaux. Cependant, 10 000 autres victimes anonymes du sida ne reçoivent aucun traitement.

Ieng Moly a ajouté que le Cambodge avait fixé une échéance pour éliminer complètement la maladie d’ici 2025, tandis que d’autres pays ont fixé cette échéance en 2030.

«Toutefois, les organisations ont fourni 40 millions de dollars sur trois ans, mais le Cambodge a besoin de 20 millions de dollars par an. Nous n’avons pas assez d’argent », a déclaré Moly.

Lors de l’événement, la AIDS Healthcare Foundation a fourni des services gratuits de dépistage du VIH, distribué des préservatifs gratuits et organisé des séances interactives de sensibilisation au VIH / sida.

Beaucoup de travail à faire

Le chef du bureau de la AIDS Healthcare Foundation au Cambodge, Chhim Sarath, a exprimé l’espoir que la Journée mondiale du sida revigorerait la riposte au VIH au Cambodge et dans le monde entier. «En collaboration avec le gouvernement et d’autres partenaires, nous sommes fiers de dire que plus de la moitié des personnes atteintes du sida reçoivent des soins et des traitements », a déclaré Sarath.

Le président de l’AHF, Michael Weinstein, a déclaré : «Il reste encore beaucoup de travail à faire. Avec près de 37 millions de personnes vivant avec le VIH ou le sida dans le monde et un peu plus de la moitié d’entre elles recevant un traitement permettant de sauver des vies, il est clair que le monde n’est pas en mesure d’atteindre les objectifs de traitement prévus.

«De plus, le financement pour le VIH a diminué de trois milliards de dollars au cours des six dernières années. Les dirigeants du monde doivent tenir leurs promesses sur le sida en le plaçant en haut de la liste des priorités de la santé publique», a-t-il déclaré.

Selon le dernier rapport publié par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH / sida (ONUSIDA), 1,8 million de personnes sont infectées par le virus et 940 000 en meurent chaque année.

Haut de page