Khméricains : Pas de pardon pour Borey Ai

Fait rare, la Cour suprême de Californie a bloqué la tentative du gouverneur Jerry Brown d’accorder sa grâce à un réfugié cambodgien âgé de 37 ans. Ce dernier,  Borey Ai, a tué une femme alors qu’il n’avait que 14 ans.

Borey Ai a passé 19 ans en prison avant que les responsables de la libération conditionnelle décident de l'enlever de San Quentin. La Cour suprême de Californie a bloqué le pardon du gouverneur Jerry Brown
Borey Ai a passé 19 ans en prison avant que les responsables de la libération conditionnelle décident de l’enlever de San Quentin. La Cour suprême de Californie a bloqué le pardon du gouverneur Jerry Brown

Le tribunal n’a donné aucune raison pour le rejet, mais a indiqué qu’il n’avait le pouvoir de le faire qu’en cas d’abus de pouvoir. La grâce accordée par Brown aurait mis fin au processus de déportation de Borey Ai au Cambodge, pays d’origine de sa mère qu’il n’a jamais connu.

Pardons, menace d’expulsion

Au cours des 10 derniers mois, le gouverneur a gracié sept anciens condamnés menacés d’expulsion vers le Cambodge, provoquant l’ire du président Donald Trump, dont l’administration a multiplié les efforts pour expulser les immigrants condamnés au pénal.

Il faut au moins quatre votes sur les sept juges pour bloquer les pardons. La décision de la semaine dernière ne dit pas combien de juges ont voté pour bloquer la grâce. Le gouverneur est tenu d’obtenir l’approbation du tribunal pour les réhabilitations et les substitutions de peines prononcées à l’encontre des criminels condamnés à deux reprises.

L’avocat d’appel David Ettinger a déclaré que la dernière fois que le tribunal avait rejeté la grâce du gouverneur, était en 1930… Le porte-parole du gouverneur, Brian Ferguson, a refusé de commenter.

19 ans

Borey Ai a été inculpé en tant qu’adulte et condamné dans le comté de Santa Clara en 1997 pour meurtre au deuxième degré et pour vol qualifié. Il a été condamné à 25 ans de prison.

ndrew Medina, à gauche, tient une pancarte lors d'un rassemblement soutenant le pardon accordé à Borey Ai, le 24 octobre 2018, à Sacramento, en Californie
ndrew Medina, à gauche, tient une pancarte lors d’un rassemblement soutenant le pardon accordé à Borey Ai, le 24 octobre 2018, à Sacramento, en Californie

Il a passé 19 ans en prison avant que les responsables de la libération conditionnelle décident de changer d’option. Il est sorti de la prison de San Quentin en novembre 2016 et a été placé sous la garde d’agents de l’immigration fédérale en vue de son expulsion vers le Cambodge. Après sa détention, il a passé 18 mois dans une prison fédérale. Mais, il a été libéré en mai après que le Cambodge eut refusé de l’accueillir.

Borey  Ai est représentée par des avocats de l’organisation d’aide juridique à but non lucratif Asian Law Caucus. “…C’est vraiment une déception et grande une surprise…”, a déclaré Anoop Prasad, un des avocats d’Ai.

Prasad a ajouté que le tribunal n’avait fourni aucune explication à Ai ni à son équipe juridique. Prasad a déclaré que les avocats “envisageaient d’autres voies juridiques” pour renverser la décision de la Cour suprême de l’État. Prasad a également déclaré qu’Ai se battait contre son expulsion devant une cour d’appel fédérale.

Les responsables de la libération conditionnelle ont recommandé un pardon à Borey Ai en octobre et des dizaines de défenseurs ont présenté plus de 36 000 signatures demandant à Brown de gracier Ai. Le procureur de district adjoint du comté de Santa Clara, Aaron West, s’est opposé à la réhabilitation, arguant qu’Ai était libre depuis seulement quelques mois et qu’il n’avait montré aucun engagement positif pour la communauté.

Haut de page