Commission Européenne : Pas d’accord sur l’imposition du riz cambodgien

L’Union européenne (UE) n’est pas parvenue à un consensus sur la décision d’imposer des droits de douane sur l’importation de riz cambodgien. Huit pays ont voté contre l’imposition d’une taxe sur le riz parfumé au jasmin et le riz blanc, sept pays ont choisi de s’abstenir.

Rizière au Cambodge. Photographie EIF (cc)
Rizière au Cambodge. Photographie EIF (cc)

Parmi les 28 États membres, 13 pays, dont l’Italie et l’Espagne, ont toutefois voté en faveur de la proposition de la Commission européenne (CE) d’activer la clause de sauvegarde permettant l’imposition des droits à compter du 1er janvier 2019.

“Selon la direction générale de l’agriculture et du développement rural, le vote de mardi pourrait provoquer de nouvelles discussions au sein de la Commission, mais l’hypothèse reste que cette proposition sera adoptée”, indique le communiqué de la CE. Les Républiques tchèque, danoise, estonienne, finlandaise, luxembourgeoise, suédoise et britannique se sont opposées à cette initiative.

En revanche, la Belgique, la Bulgarie, la Chypre, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Portugal, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie et l’Espagne ont décidé de maintenir la proposition alors que l’Autriche, la Croatie, l’Allemagne, la Lituanie, le Luxembourg, Malte et la Slovénie sont restés neutres.

L’UE est le principal importateur de riz du Cambodge avec environ 213 000 tonnes, suivie de la Chine avec 127 000 tonnes, des États membres de l’ANASE (47 000 tonnes) et de 48 000 tonnes vers d’autres destinations. Au cours des neuf premiers mois de 2018, le Cambodge a exporté au total 389 264 tonnes de riz.

Haut de page