Chronique : Siem Reap d’hier et d’aujourd’hui, le cœur de ville

Qui aurait imaginé que ce quartier devienne un jour le centre le plus animé de la cité des temples ? Vingt ans séparent ces images. En 1998, on ne comptait qu’un restaurant étranger à Siem Reap, comme nous l’évoquions la semaine derniere, le bien nommé Only One. Mais très vite d’autres ont ouverts et la plupart ont choisi de s’établir dans les rues de ce quartier non loin du vieux marché. Nous parlerons de Pub Street dans une autre chronique mais restons, pour l’instant autour de cette fameuse « rue des bars ».

Le cœur de la ville
Le cœur de la ville

Jadis

Jadis on y trouvait quelques hôtels, des gargotes locales et des commerces divers mais presque rien d’autre dédié aux touristes. A droite de la seconde image « cœur de ville 2 », part une rue. Elle menait à un cimetière datant de l’occupation vietnamienne des années 1980. Ce cimetière était en ruine et il ne restait aucune trace de tombes mais personne ne voulait en faire quoi que ce soit. Jusqu’à ce qu’un étranger décide, en 2003, de le louer et d’y construire un marché de nuit. Le tout premier marché de nuit de Siem Reap ! Hormis les temples en journée, les touristes s’ennuyaient et il n’y avait aucun endroit, hormis les bars et restaurants pour prolonger la soirée.

Night market

L’idée d’un marché en ce lieu était brillante car il suffisait de le daller et d’y poser des paillotes. Il n’y avait donc pas à creuser pour de quelconques fondations car cela serait revenu à profaner les tombes. Un bel éclairage, un bar au centre, quelques snacks et des dizaines de stands commerciaux. Le succès fût immédiat. Et très vite, les alentours commencèrent à s’animer ; les habitants transformant leurs maisons en commerces divers et variés. L’idée fût bien entendu allègrement copiée et un puis deux puis trois autres marchés de nuit ouvrirent juste à côté. Le quartier est aujourd’hui l’un des plus fréquenté en soirée. Et personne ne se souvient que sous ces « Night market » se trouvent des tombes de soldats viêtnamiens…

Le triangle de verdure que l’on voit sur ces images à l’angle duquel se trouve un énorme panneau publicitaire était une cour sur laquelle était situé un petit bâtiment administratif qui se transformait en école dispensant des cours d’anglais le soir venu. Le terrain servait entre autre de parking. Vers 2010 il fût vendu et un bâtiment doté d’un étage y fût construit avec des commerces au rez-de-chaussée et un restaurant à l’étage. Les arbres cachent cette bâtisse mais elle est très visible en soirée.

Explosion des loyers

Les loyers ont littéralement explosé dans ce quartier. Un petit compartiment chinois se louait dans les 100 dollars par mois en 1998. Le même est aujourd’hui à plus 4000 dollars avec un an de dépôt de garantie minimum à la signature du bail !

Ainsi les commerces changent très régulièrement de main et beaucoup disent que ceux qui gagnent véritablement de l’argent dans ce quartier sont les seuls propriétaires. Dans la mythique rue de Pub Street, les loyers avoisinent les 10 000 dollars mensuels pour les bâtiments les plus grands, ceux en angle.

Une partie seulement de ce quartier est piétonnier en soirée. Beaucoup aimeraient que cette zone soit étendue tant il est vrai qu’en saison, le mélange des véhicules et des touristes peut être dangereux. Cela viendra certainement. Tout vient toujours à point, même s’il faut attendre « un certain temps »….
F.A.

Haut de page