Banque Mondiale : Cambodge et autres pays d’Asie ne doivent pas rester sur leurs acquis

Le Cambodge est l’un des 10 pays à revenu intermédiaire, indique un communiqué de presse de la Banque mondiale.

Cambodge et autres pays de l'Asie de l'est ne doivent pas rester sur leurs acquis. Photographie AKP
Cambodge et autres pays d’Asie ne doivent pas rester sur leurs acquis. Photographie AKP

Plus de 90% de la population d’Asie de l’Est et Sud-est vit actuellement au sein de dix pays à revenu intermédiaire, dont le Cambodge, la Chine, l’Indonésie, la Malaisie, la Mongolie, le Myanmar, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam.

Ces pays constituent un modèle de développement efficace, combinant une croissance tournée vers l’extérieur, un développement du capital humain et une gouvernance économique plutôt saine. Toutefois, certains ajustements sont nécessaires pour faire face avec efficacité aux nouveaux défis internes et externes, indique la Banque mondiale.

Une Asie de l’Est renaissante

Naviguer dans un monde en mutation implique toutefois que les énormes progrès observés dans la région ne sont pas garantis à l’avenir. Le modèle de développement qui a favorisé le soi-disant miracle de l’Asie de l’Est devra s’adapter à l’évolution des technologies, au ralentissement de la croissance du commerce mondial et à l’évolution de la situation des pays, si l’on veut que les progrès soient durables.

Ecarts toutefois importants

«L’Asie de l’Est en développement a été la région la plus prospère au cours du dernier quart de siècle. Depuis 2000, son PIB a plus que triplé, permettant à plus d’un milliard de personnes de sortir de la pauvreté. Malgré ces progrès, les pays de la région présentent encore des écarts importants en termes de productivité du travail, de capital humain et de niveau de vie par rapport aux pays à revenu élevé», a déclaré Victoria Kwakwa, vice-présidente de la Banque mondiale pour l’Asie de l’Est et le Pacifique. “Cette nouvelle étude a pour objectif de reconnaître que ce qui a si bien fonctionné jusqu’à présent risque de ne plus être suffisant, car les pays de la région cherchent à passer d’un statut de pays à revenu moyen à un pays à revenu élevé.”

Ne pas rester sur les acquis

«Une combinaison de politiques favorisant une croissance à forte intensité de main-d’œuvre tournée vers l’extérieur, tout en renforçant le capital humain fondamental et en assurant une gouvernance économique saine, a permis une croissance rapide et durable et a permis de sortir de la pauvreté des centaines de millions de personnes en Asie de l’Est», a confirmé Sudhir Shetty, économiste en chef à la Banque mondiale pour l’Asie de l’Est et le Pacifique. «Mais s’appuyer sur ces acquis peut s’avérer risqué face aux changements rapides qui surviennent dans le monde et dans la région. Les responsables politiques devront adapter les éléments du modèle de développement traditionnel est-asiatique pour relever efficacement ces nouveaux défis», a-t-il ajouté.

Le rapport examine la nature de ces défis et décrit comment les décideurs de l’Asie de l’Est en développement peuvent y faire face au cours de la prochaine décennie.

Il identifie une combinaison de priorités politiques nouvelles et connues dans cinq domaines clés :

  • Promotion de la compétitivité économique. Outre le renforcement des environnements commercial et réglementaire, les priorités émergentes sont les suivantes : réformes du secteur des services, approfondissement des accords commerciaux et amélioration de l’accès au financement, en particulier pour les petites et moyennes entreprises.
  • Compétences. Au-delà de leur concentration actuelle sur le capital humain de base, il sera de plus en plus important de soutenir le développement de compétences avancées, y compris les compétences socio-affectives et la culture numérique.
  • Favoriser l’inclusion. Outre les programmes de protection sociale traditionnels, des programmes visant à faire passer les travailleurs vulnérables à de nouvelles opportunités d’emploi et à garantir un accès abordable aux technologies numériques seront nécessaires.
  • Renforcement des institutions de l’Etat. Les pays devront accroître l’efficacité de leurs États en faisant mieux entendre la voix et la participation des citoyens, en renforçant la transparence et en responsabilisant davantage les gouvernements.
  • Financer la transition vers le statut de pays à revenu élevé. Les gouvernements devront trouver des moyens de financer ces agendas politiques plus ambitieux pour atteindre le statut de pays à revenu élevé en augmentant la mobilisation des recettes intérieures.

Bien que la nature et le rythme du changement restent incertains, la réalité est que le changement est en train de se produire et qu’il n’est pas envisageable de l’ignorer. Une résurgence de l’Asie de l’Est conclut que, à moins que les décideurs de la région n’agissent de manière décisive, ils risquent de rater des occasions de maintenir la performance remarquable en matière de développement.

Haut de page