Atlanta : La nomination de Sam Rainsy à la tête du CNRP contestée

Sam Rainsy

L’ancien président du principal parti d’opposition du Cambodge, Sam Rainsy, s’est déclaré chef du parti alors que son dirigeant actuel, Kem Sokha, est en résidence surveillée à Phnom Penh.

L'ancien président du principal parti d'opposition du Cambodge, Sam Rainsy, s'est déclaré chef du parti
L’ancien président du principal parti d’opposition du Cambodge, Sam Rainsy, s’est déclaré chef du parti à Atlanta

L’annonce a été faite lors d’un rassemblement de membres du parti à Atlanta, en Géorgie, cette semaine. Ce rassemblement était présenté comme la première conférence mondiale du Cambodia National Rescue Party hors du pays. Les partisans de Kem Sokha ne cautionnent pas cet événement.

“C’est une action imposée par la situation actuelle”, a déclaré Rainsy ,«Nous devons veiller à ce que le CNRP soit rétabli, car le régime de Hun Sen veut que nous restions inactifs» Environ 400 partisans et responsables de partis vivant aux États-Unis, au Canada, en Europe et en Australie ont assisté à la conférence d’Atlanta.

Pas de leadership clair

“Depuis que le CNRP a été interdit au Cambodge, le parti est également resté silencieux à l’étranger, car nous n’avons pas de leadership clair”, a déclaré Ung Rithy, président de la branche américaine du CNRP. «Notre groupe de travail ne peut pas travailler ensemble. Nous avons une scission au sein du parti, mais nous avons essayé de la cacher, mais maintenant nous sommes réunis pour montrer que nous ne serons plus scindés. ”

“Sam Rainsy et Kem Sokha sont comme une seule personne”, a déclaré Sam Rainsy. «Ceci est notre esprit, notre slogan et notre symbole. Nous travaillerons ensemble et dans l’union “

Le CNRP dit envisager à présent de faire pression sur les gouvernement occidentaux pour faire pression sur Hun Sen afin qu’il libère Sokha.

Kem Sokha. Photographie VOA (CC)
Kem Sokha. Photographie VOA (CC)

Critiques de Rainsy

Dans une déclaration récente, les partisans de Kem Sokha ont critiqué Sam Rainsy pour avoir pris cette décision unilatérale : ”…une décision prise par une telle conférence ne peut obliger ni obliger le CNRP ou son comité permanent à exécuter son ordre car les participants à cette conférence n’ont pas le droit légal de proposer ou nommer un président par intérim”.

Révolution au sein du parti

Kem Monovithya, fille de de Kem Sokha, a qualifié la nomination de Sam Rainsy au poste de président par intérim d’une  «révolution au sein du parti». “Nous sommes profondément attristés, non pas par sa position de président par intérim, mais par la procédure de nomination”, a déclaré Mme Monovithya à RFI, ajoutant qu’elle regrettait que cette nomination ne soit pas conforme aux statuts de l’ancien CNRP et sans consultation avec les anciens membres du parti.

 

Haut de page