Santé : Ouverture de la Conférence régionale sur la lutte contre les faux médicaments

La Conférence régionale sur la lutte contre les médicaments falsifiés a débuté ce matin à Phnom Penh sous la présidence du Premier ministre du Royaume du Cambodge.

Événement régional

Cet événement régional de deux jours est organisé par le Comité de lutte contre la contrefaçon du Cambodge en coopération avec le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le ministère de la Santé et l’IRACM.

Ouverture de la Conférence régionale sur la lutte contre les faux médicaments
Ouverture de la Conférence régionale sur la lutte contre les faux médicaments

Des participants venus du Cambodge, de Chine, de France, du Laos, du Myanmar, de Thaïlande, du Vietnam et de vingt organisations internationales discuteront de divers sujets liés aux impacts de la vente et de l’usage des médicaments contrefaits ou non conforme. Les débats porteront également sur l’efficacité du contrôle, la recherche et le suivi des produits médicaux de qualité inférieure ou contrefaits.

Fléau

Lors de son discours, le Premier ministre a appelé les grands pays à soutenir la lutte contre la contrefaçon de médicaments. ”…Les médicaments contrefaits sont des tueurs silencieux et les pays en voie de développement doivent lutter contre ce fléau…, a déclaré M.Hun Sen.

“…En raison du manque de coopération, nous n’avons pas pu lutter efficacement contre ce ” meurtrier masqué”, a déclaré le Premier ministre. Selon ce dernier, le ministère de la Santé a toujours perdu les dossiers portés devant les tribunaux au profit des distributeurs. Le chef du gouvernement royal a souligné que “…la coopération entre le secteur public et le secteur privé est nécessaire pour lutter contre les faux médicaments…”.

Il a exposé quatre raisons à la prolifération des médicaments falsifiés: le prix élevé des médicaments standard, les mécanismes de gestion peu rigoureux pour la fabrication et la distribution des médicaments, la faible sensibilisation du public aux médicaments non conformes aux normes et la capacité limitée des autorités.

Auparavant, le chef du gouvernement royal a rencontré l’ambassadeur Jean-David Levitte, président du Conseil d’administration de L’Institut International de Recherche anti-contrefaçon de Médicaments (IRACM).  Jean-David Levitte a souligné l’importance de la Conférence régionale, soulignant qu’elle se tiendra non seulement dans les pays de la région du Mékong, mais également dans l’ensemble de l’ASEAN.

Avec C. Nika – AKP Phnom Penh, novembre 2018 —

Haut de page