ONU – Dossier : Rapport alarmant sur la faim dans la région Asie-Pacifique

Un demi-milliard de personnes ont faim

Malgré une croissance économique globale rapide, la région Asie-Pacifique compte près d’un demi-milliard de personnes qui ont faim. Les progrès en matière d’amélioration de la sécurité alimentaire et de conditions de vie stagnent, indique un rapport des Nations Unies publié vendredi.

Même dans des villes relativement aisées comme Bangkok et la capitale malaisienne, Kuala Lumpur, les familles pauvres ne peuvent nourrir suffisamment leurs enfants, ce qui entraîne souvent des conséquences dévastatrices à long terme pour leur santé et leur productivité future, indique le rapport rédigé par la FAO et trois autres agences des Nations Unies.

À Bangkok, plus d’un tiers des enfants ne bénéficient pas d’un régime alimentaire adéquat, indique le rapport. Au Pakistan, seulement 4% des enfants suivent un «régime alimentaire minimum acceptable».

Objectifs compromis

Pour atteindre l’objectif d’éliminer la faim dans la région d’ici 2030, 110 000 personnes doivent être sorties de la faim et de la malnutrition chaque jour, déclare la directrice générale régionale de la FAO, Kundhavi Kadiresan. ”…Après toutes ces années de progrès dans la lutte contre la faim et la malnutrition en Asie et dans le Pacifique, nous nous trouvons maintenant dans une quasi-impasse…”, a-t-elle déclaré, ajoutant : “..Nous devons accélérer le rythme…”

Dans le même temps, le nombre de personnes souffrant de malnutrition dans la région a commencé à augmenter, en particulier en Asie de l’Est et du Sud-Est, avec peu  d’amélioration ces dernières années.

À long terme, les taux de malnutrition sont tombés de près de 18% en 2005 à 11% en 2017, mais le retard de croissance lié à la faim, qui entraîne une déficience permanente, s’aggrave en raison de l’insécurité alimentaire et de l’insuffisance des installations sanitaires. 79 millions d’enfants de moins de cinq ans dans la région sont touchés, indique le rapport.

Risques

Les risques élevés se reflètent également dans la prévalence de l’émaciation chez les très jeunes enfants, d’une perte de poids rapide et dangereuse liée à la maladie ou au manque de nourriture. La maladie se manifeste le plus souvent en Inde et dans d’autres parties de l’Asie du Sud, mais aussi en Indonésie, en Malaisie et au Cambodge, touchant près de 1 enfant sur 10 en Asie du Sud-Est et 15% des enfants en Asie du Sud.

“..La prévalence de l’émaciation dépasse le seuil de préoccupation de santé publique dans 3 pays sur 4 de la région..”, précise le rapport. Paradoxalement, même les enfants en surpoids souffrent souvent de malnutrition si leur famille consomme des aliments de rue bon marché qui sont gras, à base de féculents et sucrés, mais malsains et parfois dangereux…”, ajoute le document.

Enfant cambodgienne à Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo
Enfant cambodgienne à Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo

Au Cambodge…

Des recherches récentes au Cambodge donnent un aperçu des obstacles à l’alimentation adéquate des femmes enceintes. Dans le royaume, 21% des femmes enceintes souffrent de malnutrition avec une mesure du cercle moyen autour du bras de moins de 23 cm (Som et al., 2018). Il a été constaté que ces femmes enceintes suivent des régimes de qualité médiocre, fortement dépendants des aliments de base pauvres en éléments nutritifs, avec 74% de leurs régimes à base de riz cuit.

Au Cambodge, le manque de connaissances concernant une alimentation saine pendant la grossesse constitue également un obstacle majeur. Pourtant, une majorité de femmes enceintes ont indiqué que manger des aliments nutritifs et effectuer des visites prénatales étaient des comportements appropriés pendant la grossesse. Cependant, elles n’ont pas pu identifier ce qui constitue un régime alimentaire sain pour les femmes enceintes ni quelle quantité de nourriture devrait être consommée.

Améliorer le statut nutritionnel des femmes enceintes peut avoir un effet largement bénéfique sur leur propre santé et sur celle de leurs futurs enfants. Des orientations globales existent sur le minimum d’interventions nutritionnelles pendant la grossesse (OMS, 2016). Ces directives soulignent l’importance d’une expérience positive pour les femmes pendant la grossesse, et accordent la priorité à l’éducation nutritionnelle et aux soins prénatals.

Eau propre, assainissement

Le rapport se concentre sur deux facteurs principaux qui contribuent souvent à l’insécurité alimentaire : les catastrophes liées au climat et l’accès insuffisant à l’eau claire et à l’assainissement. Les auteurs du rapport déclarent qu’il est essentiel de fournir une eau saine et propre et des installations d’assainissement adéquates pour prévenir les maladies qui compromettent davantage la santé, en particulier chez les enfants. Il a également salué les efforts déployés dans certains pays pour garantir aux citadins l’accès aux marchés des produits frais.

Cambodge

Pour comprendre l’impact de la qualité de l’eau sur l’état nutritionnel des enfants, des échantillons d’eau au point de consommation ont été prélevés dans des ménages choisis au hasard dans six districts (un à Phnom Penh et deux dans la province de Kratie), et trois dans la province de Rattanakiri). L’objectif était de comprendre dans quelle mesure l’eau potable des ménages, qu’elle provienne d’une source améliorée ou non, est une filière d’ingestion de fèces et d’autres agents pathogènes. La présence de coliformes et de bactéries E. coli a été mesurée en tant qu’indicateur de la présence de fèces.

Contamination

Des niveaux élevés de contamination bactérienne ont été détectés dans les échantillons d’eau de boisson du point de consommation : 89% de tous les échantillons contenaient des bactéries coliformes et 55%, des E. coli. Étonnamment, la contamination bactérienne était courante même dans l’eau collectée à partir de sources améliorées, la qualité de l’eau diminuant entre le point de collecte et le point de consommation du ménage.

La forte présence de coliformes et de bactéries E. coli donnait à penser que l’eau de boisson des ménages était une voie importante pour l’ingestion de matières fécales et d’autres agents pathogènes par les jeunes enfants, nuisant davantage à leur santé et à leur croissance.

Les résultats suggèrent également que même l’eau provenant de sources améliorées peut être contaminée, et que de mauvaises pratiques de stockage et de gestion de l’eau peuvent entraîner une détérioration supplémentaire de la qualité de l’eau une fois stockée dans le ménage.

Les résultats ont mis en évidence l’importance de s’attaquer au problème de l’eau potable insalubre dans le cadre d’un programme complet visant à réduire l’exposition et la transmission fécales et à lutter contre la diarrhée et d’améliorer les résultats pour la santé des enfants.

Au Cambodge, les principales priorités en matière de santé publique sont l’élargissement de l’accès à des sources d’eau améliorées, en particulier dans les zones rurales ; améliorer les pratiques de gestion et de traitement de l’eau des ménages grâce à l’adoption de bonnes pratiques d’hygiène afin de prévenir la contamination au niveau des ménages ; et assurer un suivi et une application plus efficaces des normes de qualité de l’eau nationales et régionales pour toutes les sources d’eau, y compris l’eau en bouteille.

Pour lire la totalité du rapport (en anglais), cliquer ici…

Haut de page