Khmers rouges : Nouveaux verdicts attendus pour Nuon Chea et Khieu Samphan

Le tribunal des Khmers rouges devrait annoncer vendredi les verdicts à l’encontre des deux hauts responsables du régime de Pol Pot, Nuon Chea et Khieu Samphan, pour crimes contre l’humanité et génocide commis sous le régime totalitaire.

Khieu Samphan et Nuon Chea lors d'une audience tenue en 2013 devant le tribunal khmer rouge. Image de Mark Peters - ECCC
Khieu Samphan et Nuon Chea lors d’une audience tenue en 2013 devant le tribunal khmer rouge. Image de Mark Peters – ECCC

Autres charges

En 2014, le tribunal avait déclaré Chea (91 ans) et Samphan (86 ans) coupables de plusieurs chefs d’accusation dans l’affaire 002/01 et les avait condamnés à la prison à vie.

Mais le verdict à rendre vendredi dans l’affaire 002/02 porte sur un ensemble distinct d’accusations de crimes contre l’humanité et de génocide commis sur des chantiers, des coopératives, des centres de sécurité et des lieux d’exécution, y compris la tristement célèbre prison S-21 de Phnom Penh. Il aborde également les crimes contre l’humanité et le génocide commis contre les minorités cham et vietnamiennes.

Justice attendue

Neth Pheaktra, porte-parole du tribunal, a déclaré : “…Nous nous attendons à ce que l’annonce du verdict fasse partie du processus de réconciliation des victimes des Khmers Rouges en leur donnant cette justice tant attendue…Le parquet et les parties civiles souhaitent que le tribunal les condamne à perpétuité…”.

”…Il n’y aura plus de recours en appel pour les accusés après le prononcé de la peine…”, at-il ajouté.

Au cours du procès, la cour a entendu 114 témoins, 63 parties civiles et huit experts.

Le régime des Khmers rouges, qui a été renversé en janvier 1979, a coûté la vie à plus de 1,7 million de Cambodgiens par l’exécution, la maladie, la famine et le travail forcé.

Fidèles de Pol pot

Yun Bin, 63 ans, survivant des Khmers rouges et partie civile, a déclaré qu’il avait été conduit sur un lieu d’exécution et battu jusqu’à ce qu’il perde connaissance avant d’être jeté dans un vieux puit : ”…J’ai vu beaucoup de morts tout autour de moi dans le puits…et les corps étaient enflés et couverts de vers…”, a-t-il raconté lors de son témoignage.

Les Khmers rouges ont lancé une grenade dans le puits, mais il a survécu au passage à tabac et à l’explosion, s’échappant du puits en escaladant les corps de ses compatriotes.

”…J’ai promis aux esprits que je trouverais justice pour eux…”, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il souhaitait que le tribunal prononce une peine de réclusion à perpétuité, la peine maximale disponible. ”…Je veux aussi une compensation financière pour pouvoir organiser des cérémonies pour ces esprits…”, a-t-il ajouté.

D’anciens responsables des Khmers rouges ont demandé au tribunal de libérer Chea et Samphan. Suong Sikoeun, un ancien diplomate âgé de 83 ans, a déclaré que les deux accusés devraient être libérés car il n’y avait “pas de justice pour eux”.

”…Nous les avons maltraités. Nous sommes Khmers. Nous ne devrions pas les emprisonner…”, a-t-il déclaré. “Je n’ai jamais vu aucun document indiquant que les Khmers rouges avaient conseillé de tuer des Cambodgiens…”, a-t-il ajouté.

Yong Moeun, 71 ans, fidèle de Pol Pot, a déclaré que les accusés étaient des “amoureux de la nation”. ”…Je ne veux plus parler du passé. C’est fini…,”, dit-elle.

Héritage mitigé

Le tribunal a également condamné un autre haut responsable, Kaing Guek Eav, connu sous le nom de Duch, chef du camp d’extermination S-21, à la réclusion à perpétuité, en 2012. Pol Pot, connu sous le nom de Brother Number One, est décédé en 1988. Ieng Sary, l’ancien Le ministre des Affaires étrangères et son épouse, Ieng Tharith, ancien ministre des Affaires sociales, sont décédés en 2013 et 2015.

Le professeur Peter Maguire, auteur de «Face à la mort au Cambodge», a déclaré que le tribunal khmer rouge avait un héritage mitigé. ”…En fin de compte, ce tribunal doté de 300 millions de dollars US a mis plus de temps à condamner trois accusés que les États-Unis, l’Angleterre et la France à juger près de 5 000 criminels de guerre après la Seconde Guerre mondiale…”, a-t-il souligné.

Le Premier ministre Hun Sen lui-même a répété à plusieurs reprises qu’il ne voulait pas voir de nouvelles poursuites à l’encontre de responsables des Khmers rouges, qui seraient coûteuses et pourraient conduire à une “guerre civile”.

Youk Chhang, directeur du Centre de documentation du Cambodge et victime du régime, a déclaré que le processus était imparfait, mais était indispensable et efficace dans la guérison des vieilles blessures.

”…Bien que l’imperfection mette souvent en péril la quête humaine de la justice, les survivants ressentent le besoin de justifier leurs souffrances et la  société doit obtenir justice contre les auteurs des horreurs auxquelles ces survivants ont été soumis…”, a-t-il déclaré.

”…Pour nos jeunes générations, arrivées à l’âge adulte au Cambodge sans être assommées par l’horreur de la guerre, de la famine, du génocide ou des atrocités de masse, ces procédures serviront à rappeler la myriade de cicatrices, tant physiques que psychologiques, qui persistent dans la société cambodgienne… “, a-t-il conclu.

Avec VOA Khmer
Haut de page