Cambodia Urban Art : Peinture, créativité et talent dans Phnom Penh

Cambodia Urban Art est une déferlante de peinture, de créativité et de talent qui inonde les rues de Phnom Penh chaque année depuis sa création en 2015. Né de l’ambition de deux artistes français installés au Cambodge, Chifumi et Théo Vallier, le festival a pour but de promouvoir la jeune création au
Cambodge en lui offrant une scène… mais surtout des murs ! Artistes locaux, régionaux, internationaux, tous les talents et modes d’expressions artistiques sont réunis durant une semaine de pure création à couper le souffle des publics khmers et expatriés.

En Décembre à Phnom Penh, préparez-vous à vivre un événement à l’ampleur artistique sans précédent qui vous fera explorer les rues bourdonnantes de la ville, entre tradition et modernité, pour une aventure aussi colorée que underground !

AUX ORIGINES, UNE PASSION

Le festival a vu le jour en 2015 à Phnom Penh. Il émane directement de la volonté des street-artistes Chifumi et Théo Vallier, tous deux français installés au Cambodge depuis respectivement 6 et 10 ans, de développer et d’unifier la scène artistique naissante au Cambodge. Reconnus comme de véritables pionniers du street-art au Cambodge, ils y ont en effet découvert à leur arrivée une scène artistique certes jeune et méconnue mais débordante d’énergie et de talent, qui ne demandaient qu’à être développée. Convaincus du potentiel de ce creuset, ils proposent en 2015 le projet du festival à l’Institut Français du Cambodge qui accepte alors de faire équipe pour lancer la toute première édition d’une longue et belle série.

Plus de 15 murs peints, une dizaine d’artistes locaux et internationaux invités, émergents et renommés, une multitude de concerts et d’exposition… tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette première édition un succès sans précédent qui marqua un véritable tournant dans la vie culturelle à Phnom Penh. Le festival était né !

NOUVEAU DÉPART : RÉINVENTER LE FESTIVAL

Après une seconde édition plus aboutie encore et dont la fréquentation en constante augmentation démontra l’intérêt accru des publics cambodgiens et étrangers pour le street-art et les événements culturels alternatifs, l’Institut Français de Cambodge dû se retirer du projet. Face à un succès et une demande avérée, les organisateurs décidèrent de se lancer dans l’aventure pour une troisième édition en faisant cette fois appel au sponsoring privé.

TALENTS LOCAUX, TALENTS INTERNATIONAUX

Au cœur du festival : la volonté de mettre en lumière les jeunes talents de Phnom Penh et de diffuser cette envie de créer parmi les jeunes générations. La programmation du festival se partage donc entre artistes Khmers et étrangers, afin de créer non seulement un équilibre mais surtout des synergies, des
échanges entre ces personnalités et ces expériences si différentes qui ont pourtant en commun le talent. Thaïlandais, Philippins, Népalais, Argentins, Français…la liste des nationalités est longue dans l’histoire du festival !

Une fois sur place, si chaque artiste se voit attribuer un mur, plusieurs événement sont mis en place pour leur permettre de se retrouver et de créer ensemble des œuvres collaboratives. Ces moments de « live painting » à plusieurs mains sont passionnants tant pour le public que pour les peintres eux-mêmes, qui voient se rencontrer leurs esthétiques et techniques. Le festival les encourage par ailleurs à utiliser exclusivement la peinture pour la production des murales, à imaginer des pratiques alternatives à la bombe pour créer des effets et insister sur l’importance d’économiser la peinture en optimisant les surfaces. C’est en observant et en échangeant que beaucoup s’ouvrent ainsi à de nouvelles pratiques et font évoluer leurs créations. Grandir ensemble, c’est un peu l’esprit du festival !

ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ

Les artistes étrangers sont par ailleurs fortement invités à se plonger dans les merveilles de la culture Khmère en amont de leur venue, dont une partie est notamment présentée dans un petit document fait sur mesure par nos équipes pour leur donner toutes les cartes en main et trouver leur chemin parmi les
figures mythologiques, légendes et autres monstres… Cet attachement profond à la culture Cambodgienne est un fil rouge dans la programmation du festival. Les activités et expositions proposées, si elles mettent à l’honneur la création contemporaine, font régulièrement écho aux arts traditionnels et aux mythes Khmers. L’intégralité de l’identité visuelle du Cambodia Urban Art est ainsi une réinterprétation des Nagas, Apsaras et autres motifs Kbach rencontrant les couleurs vives et le trait franc de l’artiste Chifumi, directeur artistique du festival.

UNE EDITION « DO IT YOURSELF »

Si le mode de financement du festival est en lui-même une aventure, son organisation elle aussi relève du challenge tant le CUA privilégie les relations avec les petits acteurs locaux et le « do it yourself ». Au sein de l’équipe, pas de tâches cloisonnées ! Tout le monde met la main à la pâte pour faire de cette expérience une réussite, de la communication jusqu’aux échafaudages, en passant par la sérigraphie. Les techniques d’impression traditionnelles et écologiques comme cette dernière ainsi que le pochoir sont privilégiées pour la production des goodies du festival : tee shirt, bouteilles en édition limitée, cartes postales… Au cœur du challenge : faire local, et artisanal ! Une belle occasion pour nos courageux bénévoles de participer aux productions et de découvrir quelques astuces.

Une autre caractéristique du festival ? Le vélo ! Le CUA encourage ses équipes d’organisation mais aussi artistiques à se déplacer autant que possible en pédalant ! Une manière idéale de découvrir la ville en minimisant son empreinte écologique, et en générant plus facilement les rencontres.

LE CHALLENGE DU STREET ART AU CAMBODGE

Le contexte cambodgien est un terrain particulièrement complexe pour le développement du street-art dans les villes. Cette forme d’art a émergé très récemment suite à l’installation d’artistes pionniers à Phnom Penh et a depuis connu une évolution certes rapide mais se heurtant régulièrement un contexte difficile de développement culturel et au peu d’artistes sur place. Si l’offre et la demande se forment peu à peu, les murs, eux, se font rares et il est difficile pour les artistes de peindre des œuvres de grande taille et visibles par tous. Pour éviter l’écueil dans l’espace public des autorisations, qui souvent difficiles à obtenir et limitent la créativité, le festival propose donc à ses artistes des murs de taille médiane appartenant à des propriétaires privés, business ou particuliers, mais visibles depuis l’espace public pour le plaisir de tous les yeux.

TRANSMETTRE AUX JEUNES GÉNÉRATIONS

La transmission est au cœur de l’esprit du festival. Si sa programmation tente de toucher aussi bien parents qu’enfants, le lien ténu qu’il entretient avec les écoles et les ONG depuis la troisième édition a renforcé son ambition de proposer un véritable parcours de spectateur (et d’acteur !) aux jeunes artistes en herbe. Cambodia Urban Art propose ainsi aux écoles d’impliquer leurs élèves dans une série d’ateliers menés par des artistes, de leur faire découvrir la ville par le biais du street-art lors de tours pédagogiques sur mesure, et de rencontrer les artistes à l’œuvre derrière la magie des fresques.

Cette année, le festival est particulièrement heureux de publier son tout premier Carnet de Spectateur Cambodia Urban Art ! Un livret de jeux aussi ludique que instructif qui propose à l’enfant et au jeune de questionner les techniques de peinture, les motifs traditionnels Khmers, de réinventer la cartographie de la ville et, surtout, de créer lui aussi. Un outil précieux qui propose une mémoire différente du festival et s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux professeurs et aux parents eux-mêmes !

Car la créativité n’est pas réservée aux plus jeunes ! Le Samedi 15 décembre 2018, Cambodia Urban Art ouvre les portes de la Mansion FCC pour une série d’ateliers artistiques accessibles et ouverts à tous ! Car le festival a également à cœur de partager des moyens simples de création, faciles à reproduire et encourageant tous les publics à relever leurs manches et produire les œuvres de demain. Sérigraphie, pochoirs, photographie, contes… tous les moyens sont bons pour révéler l’artiste qui sommeille en nous !

RÉINVENTER LE TOURISME AU CAMBODGE

Pour sa 4e édition, le festival se lance dans l’aventure du digital en faisant équipe avec Grasshopper Adventures. Ce tour opérateur d’un nouveau genre propose des parcours autoguidés en Asie à travers leur application : une expérience tout à fait unique et flexible de faire l’expérience du Cambodia Urban Art ! Le Self-Guided festival tour en cours de création répertoriera les murs peints pendant le festival ainsi que les plus emblématiques de la ville, chacun accompagnés d’une documentation inédite (photos, vidéos, textes etc.) sur l’artiste derrière l’œuvre et les secrets de création. Un regard « back stage » et instructif sur le street-art au Cambodge qui encourage le public à découvrir ce parcours alternatif pendant le tour à tuk tuk, durant lequel l’application sera dévoilée au public, en indépendant à vélo et pourquoi pas à pied !

DEMANDEZ LE PROGRAMME !

JEUDI 13 DÉCEMBRE

Pré-ouverture chez Samaï Distillery – Bouteilles arty en édition limitée Cambodia Urban Art s’invite entre les barils de la seule et unique distillerie de rhum de Phnom Penh ! Nous avons hâte de révéler les 3 designs exclusifs imaginés pour les bouteilles Samaï par de jeunes talents Khmers. DJ sets, live painting et rencontre avec les artistes au programme de cette mise en bouche.

VENDREDI 14 DÉCEMBRE

Ouverture officielle à la Mansion FCC – Explosion de création ! Nous vous avons concocté la soirée la plus « arty » de l’année, en toute simplicité… Live painting, expositions, live sets, stand de tatouages, video mapping, performances surprises et la liste est encore longue ! Notre 4e édition investit les sublimes murs de l’emblématique Mansion pour y déverser des litres de peinture et de talents sous toutes ses formes.

SAMEDI 15 DÉCEMBRE

Après-midi ateliers à la Mansion FCC – Do Art Yourself ! Vous-vous sentez l’âme d’un artiste ? Chez Cambodia Urban Art, nous pensons que la création doit être à la portée de chacun, partout et tout le temps. Peinture, pochoirs, construction, contes, photographie, passez le porche de la Mansion et relevez vos manches !

DIMANCHE 16 DÉCEMBRE

Tuk tuk tour et soirée de clôture au Moon Rooftop Bar – Let’s go, Phnom Penh riders ! Le traditionnel tour à tuk tuk est de retour pour arpenter les rues de la capitale à la recherche de ses murs fraîchement peints et de ses artistes prêts à vous partager leur expérience. Venez redécouvrir la ville sous le signe de l’art et de l’aventure et fêter avec nous la clôture du festival sur les toits du Moon Rooftop Bar, face au
coucher du soleil.

LINE UP

VISUAL ARTISTS

Chifumi (France)
Daro Sam (Cambodia)
Davido (Cambodia)
Kakada (Cambodia)
Ket Monnyreak (Cambodia)
Mauy (Thaïland)
Open Studio Kampot (Cambodia)
Roman (Argentina)
Simon Lazarus (France)
Tian Veasna (Cambodia)
Warris (Thaïland)
Willian (France)

MUSICIANS

Ma Lo (France)
Niko Yu (Cambodia)
Iris Wav (France)
Steff Ness (France)
Valy Mo (Vietnam)

QUELQUES CHIFFRES

200L de peinture
20 artistes
15 murales
4 soirées gratuites
4 ateliers
2 villes
2 heures de tour à dans Phnom Penh
2 expositions
1 carte exclusive de la ville
1 livret pour enfants

GOLD SPONSORS
Ecole Française Internationale & Canadian International School Phnom Penh, Jotun Paint, Grasshopper Adventures – Asia’s Best Bike Tours, LBL International Construction Cie, Northbridge International School Cambodia

SILVER SPONSORS
Australian International School Phnom Penh, BRED Bank, Le Moon Bar, Mansion FCC, Samaï Distillery
NIRA International School

Haut de page