Banque Mondiale : Le Cambodge a des objectifs ”très ambitieux”

Des experts de la Banque mondiale ont déclaré mercredi à Beijing que les objectifs du Cambodge de devenir un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure en 2030, et à revenu élevé en 2050, étaient très ambitieux.

Norman V. Loayza, économiste principal du groupe de recherche sur le développement à la Banque Mondiale.
Norman V. Loayza, économiste principal du groupe de recherche sur le développement à la Banque Mondiale.

Investir avec énergie dans le capital humain

Pour atteindre ces objectifs, une croissance économique rapide et durable est nécessaire, a déclaré Norman V. Loayza, économiste principal du groupe de recherche sur le développement à la Banque Mondiale. Ce dernier ajoute également que le pays doit investir avec énergie dans le capital humain et les infrastructures.

Reporter l’objectif

L’expert recommande que le Cambodge envisage de reporter l’objectif de 2030 à 2035 en ce qui concerne les revenus moyens supérieurs, affirmant qu’essayer de progresser trop rapidement pourrait créer des déséquilibres menaçant la durabilité de la croissance.

Selon la classification de la Banque mondiale, les économies à revenu intermédiaire supérieur sont celles dont le revenu national brut (RNB) est d’au moins 3 896 dollars américains par habitant et les économies à revenu élevé sont celles dont le RNB par habitant est d’au moins 12 056 dollars américains.

En 2017, le Cambodge avait un RNB par habitant de 1 230 dollars américains, ce qui signifie que le RNB par habitant devait plus que tripler en 13 ans pour atteindre l’objectif de revenu intermédiaire supérieur à 2030 et être près de 10 fois supérieur en 33 ans, a déclaré Loayza au cours de le lancement du rapport de la Banque mondiale sur la mise à jour économique au Cambodge.

Tigres asiatiques

“…Ces objectifs sont très ambitieux. La plupart des économies type” tigres asiatiques “ont toujours manqué ces objectifs…”, a-t-il déclaré ajoutant que : “…Seule la Chine avait atteint l’objectif de revenu intermédiaire supérieur en 13 ans et la Corée du Sud, l’objectif de revenu élevé en 33 ans…”.

Loayza a déclaré que le pays de l’Asie du Sud-Est devrait chercher à maintenir des taux élevés de capital humain et de croissance de la productivité totale des facteurs. Il a ajouté que le pays devait également augmenter les taux d’investissement, affirmant qu’une augmentation de l’investissement à 28,5% du produit intérieur brut (PIB) d’ici 2030 était nécessaire pour atteindre à la fois les objectifs 2035 à revenu intermédiaire supérieur et 2050 pour la tranche supérieure.

Il a également déclaré que le Cambodge devait augmenter les taux d’épargne de plus de 10% du PIB pour financer un investissement accru et réduire sa dépendance à l’égard des entrées de capitaux étrangers.

Selon le rapport de la Banque mondiale, le taux de croissance du Cambodge devrait être légèrement supérieur à celui de l’année dernière, pour atteindre 7,1% en 2018.

Perspectives à long terme positives

Les perspectives à long terme restent positives, a-t-il ajouté, suggérant que le pays doit développer son capital physique et humain pour atteindre le statut de revenu le plus élevé à long terme.

Chheang Vanarith, directeur général adjoint du Département général de la politique du ministère cambodgien de l’Économie et des Finances, a déclaré que le rapport était très important et fournissait des recommandations politiques utiles au gouvernement.

“…Globalement, je suis d’accord avec l’étude selon laquelle nous devons augmenter nos investissements pour atteindre nos objectifs 2030 et 2050, mais dans une certaine mesure, il est discutable de savoir si nous pouvons le réaliser ou non d’ici 2030 ou 2035…”, a-t-il déclaré.

Tendances 2018

Croissance soutenue

Alors que les perspectives économiques mondiales continuent à se modérer et que les risques se sont accrus, le Cambodge continue de croître, selon le rapport de la Banque Mondiale. Le taux de croissance devrait être légèrement supérieur à celui de l’année dernière pour atteindre 7,1% en 2018, principalement en raison de la consommation intérieure et des exportations.

Exportations

Les exportations cambodgiennes ont fortement augmenté, principalement en raison de la vigueur de la demande aux États-Unis et dans l’Union européenne.

Risques

Les risques dans le secteur financier continuent de croître, avec une forte exposition au secteur de la construction et de l’immobilier. Les risques externes comprennent le retrait potentiel des préférences pour le Cambodge Tout sauf les armes et les répercussions imprévisibles des différends commerciaux entre les États-Unis et la Chine.

Infrastructures

Le rapport appelle également à réduire davantage le déficit en infrastructures afin d’absorber la hausse des investissements étrangers directs dans les secteurs de la fabrication et de la transformation des produits agroalimentaires.

Haut de page