Australie : Les Verts ne souhaitent pas prolonger l’accord sur les réfugiés de Nauru

L’accord controversé entre l’Australie et le Cambodge sur la réinstallation des réfugiés en provenance de Nauru a expiré et n’est «plus une option» pour l’avenir immédiat, a annoncé le Sénat australien.

Le sénateur Richard Di Natale, dirigeant des Verts australiens, a insisté auprès du ministère des Affaires étrangères et du Commerce sur l’avenir de l’accord lors d’une audience consacrée aux prévisions budgétaires du Sénat la semaine dernière.

Le ministre australien de l'Immigration, Scott Morrison, à l'avant gauche, signe un document avec le ministre cambodgien de l'Intérieur, Sar Kheng, à l'avant droite, lors de la cérémonie de signature d'un accord controversé sur la réinstallation des réfugiés au sein du ministère de l'Intérieur à Phnom Penh, au Cambodge, le vendredi 26 septembre , 2014.
Le ministre australien de l’Immigration, Scott Morrison, à l’avant gauche, signe un document avec le ministre cambodgien de l’Intérieur, Sar Kheng, à l’avant droite, lors de la cérémonie de signature d’un accord controversé sur la réinstallation des réfugiés au sein du ministère de l’Intérieur à Phnom Penh, au Cambodge, le vendredi 26 septembre , 2014.

Peu de réfugiés

En 2016, le ministre de l’Immigration, Scott Morrison, avait sablé le champagne avec des représentants cambodgiens pour célébrer l’accord de réinstallation de réfugiés venant de Nauru. Cela a coûté à l’Australie 55 millions de dollars, mais seulement une poignée de réfugiés est arrivée au Cambodge. Et, ils ne sont pas restés, à l’exception d’un seul.

Ket Sophann, porte-parole du ministère cambodgien des Affaires étrangères, a déclaré  que l’accord sur les réfugiés restait valable :  ”…Il n’y a pas de plan pour mettre fin à cet accord, ce qui signifie que le projet est toujours en cours. Mais personne ne souhaite venir », a-t-il déclaré, précisant que les gouvernements des deux pays n’avaient pas encore décidé de mettre fin à l’accord.

Le général Khieu Sopheak, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a déclaré que Phnom Penh trouverait un moyen de discuter de la question avec le gouvernement australien s’il entendait mettre fin à l’accord.

Hong Lim, un parlementaire australo-cambodgien de l’État du Victoria, qui a vivement critiqué l’accord, s’est félicité de sa fin. Carl Thayer, professeur émérite et expert cambodgien à l’Université de New South Wales, a déclaré que l’accord était mauvais pour les réfugiés.

Rappel

L’accord entre les deux pays porte sur le transfert de personnes reconnues en tant que réfugiés depuis Nauru vers le Cambodge. Ces réfugiés étaient initialement en quête de protection auprès de l’Australie et ils ont été transférés vers Nauru pour l’examen de leurs besoins en matière de protection, dans des conditions que le HCR a définies comme dangereuses. Selon l’accord, les personnes déjà reconnues en tant que réfugiés à Nauru pouvaient être transférées au Cambodge pour un séjour permanent.

Haut de page