Angkor : La vie transformée de Thuch Salik

Thuch Salik, 14 ans, vendeur de souvenirs à Angkor Wat, est devenu une star du jour au lendemain après qu’un touriste malaisien ait publié une vidéo sur les réseaux sociaux alors qu’il discutait avec le jeune garcon.

Thuch Salik, 14 ans, vendeur de souvenirs à Angkor Wat
Thuch Salik, 14 ans, vendeur de souvenirs à Angkor Wat

Polyglotte

La publication mettant en lumière un garçon apparemment capable de s’exprimer dans 16 langues différentes, est devenue virale dans tout le Cambodge et dans de nombreuses régions d’Asie. Salik fait partie des nombreux enfants qui sillonnent les alentours des temples dans l’espoir de vendre aux touristes de simples souvenirs.

16 langues différentes

Il n’est pas rare que les vendeurs d’enfants reprennent quelques phrases clés des langues des visiteurs les plus fréquents. Mais, Salik a surpris les visiteurs par sa capacité à converser dans de nombreuses langues étrangères. Ses compétences principalement autodidactes sont remarquables. Sans prendre son souffle, il est capable de compter de un à dix dans 16 langues différentes, dont le russe, le tagalog, le japonais, le vietnamien, l’italien, l’allemand et trois dialectes chinois.

”…J’ai commencé à vendre à l’âge de 11 ans et maintenant, cela fait déjà trois ans que je vends des souvenirs. Je ne connaissais qu’une seule langue au début…”, a-t-il déclaré à Channel NewsAsia.

”…J’ai appris l’anglais, mais ma mère m’a alors envoyé vendre à Bak Kheng, dans la montagne. Il y a plus de touristes chinois qu’ailleurs et j’ai appris à parler avec eux pour mon travail…”.

Famille pauvre

L’argent qu’il gagne va directement à cette mère, qui l’utilise pour financer les besoins quotidiens de la famille, son éducation et celle de ses frères et soeurs. Leur maison est une petite bâtisse ordinaire, située à quelques centaines de mètres du temple Ta Prohm. Et, la famille est aux prises avec des dettes.

Sa mère Mann Vanna, qui accompagne chaque jour Salik et son jeune frère Tithya au Ta Prohm pour vendre des souvenirs, a déclaré qu’elle ne pouvait pas le croire quand elle a commencé à entendre parler de la renommée croissante de son fils.

”…Je me suis sentie très heureuse, surprise et excitée…Même si je suis sa mère, je n’ai pas réalisé à quel point mon fils était intelligent et qu’il parlait plus de 10 langues. Je ne pensais pas que mon fils avait pu absorber toutes ces connaissances…”, a-t-elle déclaré.

Enfant enthousiaste

Elle décrit son fils comme un enfant enthousiaste, qui ne se plaint jamais de porter de vieux vêtements, ou de faire du vélo jusqu’à l’école ou de ne pas avoir assez à manger. ”…Je vois d’autres mamans acheter de nouveaux vêtements pour leurs enfants. Je suis triste car je ne peux pas le faire, tout comme je ne peux pas lui payer une scolarité.

Vie transformée

A présent, la vie de cette famille simple a été transformée. Ils ont été invités et rémunérés pour participer à des programmes de télévision locaux dans la capitale.

Les hommes d’affaires et les œuvres de bienfaisance ont promis de soutenir financièrement la famille, offert de nouveaux vélos et jouets et promis de financer l’éducation de Salik jusqu’à la fin de ses études universitaires. Il aurait également reçu une invitation pour Hong-Kong.

Mais si cette famille a bénéficié de l’attention et de l’attention du pays, elle n’est que l’une des centaines travaillant autour de la région touristique d’Angkor. Et partout au Cambodge, les enfants sont utilisés pour faire vivre la famille, souvent au détriment de leur éducation.

Tandis que Salik va à l’école tous les jours de la semaine, il travaille également plusieurs heures chaque après-midi. Sa mère admet que, parfois, il doit manquer les cours lorsque la famille manque d’argent.

Haut de page