UNICEF : Plaidoyer contre le travail des enfants

L’Unicef ​​a publié lundi une déclaration selon laquelle le travail des enfants prive ceux-ci du droit d’aller à l’école, les expose à la violence et renforce le cycle de la pauvreté.

Briqueterie familiale. Photographie Paul Nendick (cc)
Briqueterie familiale. Photographie Paul Nendick (cc)

Plus de travailleurs sociaux

”…L’une de nos priorités est de plaider pour un plus grand nombre de travailleurs sociaux capables d’apporter un soutien à ces enfants vulnérables et à leurs familles…Nous soutenons également la mise en œuvre de programmes d’assistance sociale. Il faut faire en sorte que les enfants vulnérables et défavorisés aient un accès équitable à des services publics de qualité…”, indique le communiqué.

Cette déclaration fait suite à un rappel émis par le ministère du Travail la semaine dernière, lorsque le ministre du Travail, Ith Samheng, a déclaré que le monde des affaires devait éviter d’employer des mineurs dans leurs entreprises.

Lutter contre le travail des enfants

”…Le Cambodge, en tant que pays signataire de la Convention relative aux droits de l’enfant, est tenu de protéger les droits des enfants et de les protéger de tout préjudice…”, rappelle l’Unicef.

L’Unicef ​​a déclaré que le gouvernement et le monde des affaires devaient activement lutter contre le travail des enfants en s’attaquant aux vulnérabilités auxquelles ils sont confrontés dans leur vie quotidienne.

“…Nous pensons que le gouvernement a le devoir primordial de protéger, de respecter et de réaliser les droits des enfants”, indique le rapport. Celui-ci ajoute que : “…Les entreprises privées ont un potentiel énorme d’impact positif et négatif sur la vie des enfants…les entreprises qui défendent les droits des enfants dans leurs stratégies et leurs opérations peuvent également renforcer leur réputation…”

Rapport Holloway

Un jour après que M. Samheng ait rappelé qu’il ne fallait pas embaucher de mineurs, le Royal Holloway de l’Université de Londres publiait un rapport intitulé “Briques sanglantes : Histoires inédites de l’esclavage moderne et des changements climatiques du Cambodge”, qui met en lumière ”…des dizaines de milliers de familles affectées par le cycle infernal des dettes…”.

M. Samheng a réagi au rapport 48 heures après sa publication et a ordonné une enquête sur les faits rapportés. L’année dernière, la Licadho avait déjà averti que des enfants étaient toujours exploités dans des manufactures d’artisanat et des briqueteries à travers le pays. Et ce, malgré les déclarations d’intention et les efforts déployés pour mettre fin au travail des enfants.

Haut de page