Siem Reap : A la rencontre de Céline Troeung

Le Khéma, restaurant bien connu des phnompenhois, s’apprête à ouvrir ses portes dans la cité des temples. A sa tête, la dynamique Céline Troeung, jeune française d’origine sino-cambodgienne, qui entend bien faire de ce lieu un endroit incontournable pour tous les amateurs de gastronomie.

A la rencontre de Céline Troeung
A la rencontre de Céline Troeung

Ambiance chaleureuse et confortable

C’est au bord de la rivière, dans un grand bâtiment blanc, que le Khéma a élu domicile, à deux pas de la future Alliance Française. La porte, une fois poussée, laisse entrevoir le potentiel du lieu : une immense salle aux larges baies vitrées, parsemée de mobilier en bois, promet d’ores et déjà une ambiance chaleureuse et confortable. Les vitrines réfrigérées, quant à elles, se garniront bientôt des fromages et charcuteries qui font la renommée de l’enseigne. Tout autour, le personnel s’affaire aux derniers préparatifs.

 

Ouverture

« Tout sera prêt pour le 17 octobre, jour de l’ouverture. Il ne reste plus que quelques travaux de finition à réaliser, mais le plus dur est fait », confie Céline, qui présidera à aux destinées du restaurant. Cette ancienne responsable marketing s’apprête à relever le défi d’une nouvelle carrière dont elle rêve depuis longtemps.

Carrière

« J’ai toujours voulu travailler dans la restauration. J’ai longtemps hésité entre des études de tourisme-hôtellerie ou de commerce. J’ai finalement choisi le commerce, qui promettait à l’époque plus de débouchés. En parallèle, durant deux ans, j’ai été embauchée par une cafétéria. J’y ai exercé à peu près toutes les fonctions, service, plonge, grillades, caisse, relation clients… Ça m’a énormément apporté. Et puis, la restauration est un univers passionnant, très exigeant, mais qui déborde d’énergie, où il faut toujours être créatif et se remettre sans cesse en question.»


Cette expérience lui sera fort utile à la tête du Khéma, pour lequel elle nourrit de grandes ambitions. C’est avec un enthousiasme non dissimulé qu’elle parcourt le nouveau restaurant, décrit les projets de décoration des deux salles, désigne le coin traiteur et énumère les différents espaces aménagés pour les clients. « Et puis, nous avons aussi un atout non négligeable, dit-elle avant d’emprunter les escaliers menant au troisième et dernier étage : un immense rooftop, capable d’accueillir une centaine de personnes qui viendront prendre le frais lors des soirées concerts que nous allons organiser. »

Lieu dédié à la gastronomie française

Avec sa capacité de 100 personnes sur le toit-terrasse, plus 150 couverts répartis sur les deux salles, le Khéma Angkor sera le plus grand restaurant de l’enseigne, qui en compte déjà deux sur Phnom Penh. « C’est ce qu’il manquait à Siem Reap : un lieu dédié à la gastronomie française regroupant au même endroit restaurant, bar à vins, traiteur, boulangerie, fromagerie et charcuterie. Nous tenons à proposer des produits de qualité à un prix raisonnable, comme nous le faisons déjà dans nos autres établissements. »

Challenge

Un nouveau challenge pour Céline, qui en a déjà relevé plus d’un. Celui de venir s’installer au Cambodge n’était pas le moindre. Sa famille, qui a dû quitter le Royaume au début des années 1980, a au début tenté de l’en dissuader, hantée par des souvenirs traumatisants liés à cette période troublée. Mais c’est un pays bien différent du sombre tableau qui lui en avait été brossé que découvre Céline, d’abord en tant que touriste puis, bien vite, en tant qu’expatriée.

Phnom Penh

« Mon arrivée sur Phnom Penh, en 2014, s’est vraiment déroulée pour le mieux. J’ai rencontré de la famille qui était restée sur place, des gens adorables, qui ont beaucoup fait pour moi. C’était merveilleux de faire leur connaissance, tout comme d’intégrer cette culture dont je me sens si proche de par mes origines. Je me suis aussi rendu compte que le pays était en plein développement, qu’il y avait énormément de choses à y faire, au niveau des start-ups, de la restauration, du tourisme, de la technologie… Avant de nous installer, mon compagnon avait déjà ouvert son entreprise au Cambodge : pour ma part, au bout de deux semaines, j’étais employée par une marque de café internationale. »

Marketing

Au bout de deux ans, Céline Troeung intègre le groupe Thalias, d’abord comme directrice marketing, avant d’être pressentie pour prendre les rênes du nouveau Khéma Siem Reap. Proposition immédiatement acceptée par la principale intéressée, qui a déménagé pour l’occasion dans la cité des temples : « C’est une ville très agréable, loin du bourdonnement incessant de Phnom Penh. On s’y sent beaucoup plus au calme. Et il y a une chose qui m’a convaincue de venir m’installer ici : lors de la précédente Semaine Française, j’ai rencontré une communauté très présente et faisant preuve d’une belle solidarité. Ce critère fut décisif. »

Sourire

Pour le moment, Céline n’a guère de temps à consacrer à la découverte de la ville. Des aller-retours incessants entre Siem Reap et Phnom Penh, la supervision des 30 membres de l’équipe ainsi qu’une multitude de derniers détails à régler ne lui laissent que peu de loisirs. En parallèle, la jeune femme, décidément très active, s’investit aussi dans la section locale de la Chambre de commerce franco-cambodgienne. Pourtant, aucun stress, aucune inquiétude ne se lisent sur son visage souriant. Nous nous donnons donc rendez-vous pour ce 17 octobre dans un restaurant qui devrait, à n’en pas douter, réserver quelques belles surprises.

Contenus sponsorisés

BRED BANK CAMBODIA : le Package Platinum

BRED BANK CAMBODIA : le Package Platinum

Dans le but de diversifier son offre et de répondre aux attentes des clients les plus exigeants, BRED Bank Cambodia propose aujourd’hui une offre flexible...

Haut de page