GMAC : Des interprétations aléatoires du TSA pourraient nuire à la confiance des investisseurs

Le retrait du régime préférentiel Tout Sauf les Armes (TSA) sur les produits cambodgiens est devenu un sujet brûlant, largement relayé par la presse du monde entier, avec plus ou moins de virulence. En effet, la dernière réaction en date (RFA) cite un ”…effondrement de l’économie cambodgienne si le gouvernement ne cède pas aux exigences de l’Union Européenne…”.

Usine textile à Phnom Penh. photographie ILO (CC)
Usine textile à Phnom Penh. photographie ILO (CC)

Annonces

Si les annonces de la commissaire européenne Cecilia Malmström étaient claires au sujet du déclenchement de la procédure de retrait, Kaing Monika, secrétaire général adjoint de la Garment Manufacturers Association au Cambodge (GMAC), déclare que la situation n’est pas si dramatique.

Pas d’issue garantie

Selon l’expert cambodgien, la décision de de la Commission européenne n’est pas aussi catastrophique que ne le laissent croire certains médias : ”…Ce n’est que le début d’un processus qui va durer un an. Et, même la décision de mettre en marche la procédure formelle d’enquête et de contrôle n’a pas encore été totalement prise. La décision officielle de la Commission est attendue pour la fin de cette année ou le début de l’année prochaine…”, déclare-t-il dans une note publiée sur Facebook.

”…Et à ce stade, personne ne peut garantir quelle en sera l’issue et si cela entraînera une suspension totale de la préférence commerciale, une suspension partielle ou aucune suspension…”, a-t-il ajouté.

Engager un dialogue constructif et productif

”…Pour le moment, ce qui nous préoccupe le plus, ce sont plutôt les spéculation des médias qui ont pour effet de réduire la confiance des acheteurs et des investisseurs, alors que la situation réelle risque d’être moins effrayante. Il y a un délai d’un an et la porte est toujours ouverte pour que les deux parties puissent engager un dialogue constructif et productif afin de parvenir à une solution amiable équitable et respectueuse…”, a-t-il poursuivi.

En sécurité

”…Et pour les secteurs du vêtement et des chaussures, je me sens personnellement en sécurité. Je me base sur nos bonnes performances reconnues en termes d’amélioration des conditions de travail et de respect du droit du travail, sur notre conformité à notre législation locale et aux principales conventions et normes internationales du travail….Nous avons sorti des millions de femmes et leurs familles de la pauvreté, et je ne pense pas que l’Union européenne veuille renvoyer ces personnes dans la misère…”, a-t-il conclu.

+11%

Selon le ministère du Commerce, au premier semestre de 2018, les exportations de vêtements du Cambodge ont généré 4 143 millions de dollars, soit une augmentation de 11% par rapport à la même période en 2017.

Haut de page