Banque asiatique de développement : Inflation au Cambodge revue à la baisse

La Banque asiatique de développement (BAD) a revu à la baisse ses prévisions pour le Cambodge, estimant que l’inflation pour 2018-2019 serait de 2,6% au lieu des  3,2% prévus auparavant.

Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo
Phnom Penh. Photographie Christophe Gargiulo

La croissance économique devrait rester stable à environ 7%, selon la BAD.

“…Un taux de change stable et des augmentations minimes des prix des denrées alimentaires ont largement compensé les pressions inflationnistes provoquées par la hausse des prix internationaux du pétrole…”,explique la BAD.

+ 72,6% des arrivées de Chine

La croissance annuelle du pays cette année et en 2019 devrait se maintenir à 7% grâce à la croissance des exportations à deux chiffres, à la hausse des arrivées de touristes – notamment une augmentation de 72,6% des arrivées de Chine continentale au cours des sept premiers mois – et une consommation intérieure robuste, ajoute la banque.

Selon le ministère du Tourisme, les touristes chinois se sont retrouvés en tête de liste des arrivées de touristes, avec plus d’un million sur les 3,4 millions d’arrivées de touristes au cours des sept premiers mois de cette année.

Stephen Higgins, fondateur du cabinet de conseil Mekong Strategic Partners, fait écho aux prévisions de la BAD sur la croissance et l’inflation, mais déclare qu’il faut être prudent en cas de marché touristique unique, une référence apparente à la Chine.

L’économiste spécialiste de l’Asie, Miguel Chanco, de la firme Pantheon Macroeconomics, déclare que la dépendance croissante de l’industrie du tourisme vis-à-vis des arrivées de touristes chinois aura un impact sur les futures fluctuations des relations bilatérales.

États-Unis et Union européenne

Les perspectives de la BAD ne font aucune mention des tensions politiques entre le Cambodge et les États-Unis et l’Union européenne au sujet de la réélection du parti au pouvoir. Une récente résolution du Parlement européen demandait à Bruxelles de suspendre le statut non tarifaire privilégié pour les exportations du Cambodge vers le marché des 28 pays.

La BAD rappelle que les exportations vers l’UE et les États-Unis ont enregistré une croissance à deux chiffres au cours des sept premiers mois de 2018, à 13,7% et 27,4% respectivement.

Stephen Higgins de Mekong Strategic Partners pretend que les sanctions devraient toucher les responsables individuels en premier. Il ajoute que l’escalade des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine pourrait être une chance pour les marchés comme le Cambodge.

Avec VOA

Haut de page