Arts – Portraits croisés : « Perspectives », une palette de talents au Meridien Angkor

C’est au cœur du feutré et chatoyant salon Tara de l’hôtel Meridien Angkor que se tient jusqu’au 19 novembre l’exposition « Perspectives ». 18 œuvres y sont dévoilées, qui sont autant d’invitations à partager la vision de trois artistes talentueux aux parcours singuliers et aux personnalités bien distinctes. La soirée du vernissage fut l’occasion d’une rencontre avec ce triptyque de talents qui figurent parmi les plus prometteurs de la scène locale.

une palette de talents au Meridien Angkor
Une palette de talents au Meridien Angkor

Nou Sary, de la couleur et des souvenirs

« Elle nous entoure, nous donne la vie et nous retournons à elle lorsque nous quittons ce monde. C’est elle qui nous insuffle notre énergie. Pour connaître l’Homme, il faut connaître la Nature ». C’est par ces paroles que Nou Sary introduit ses œuvres, toutes empreintes d’une même thématique, chère à l’artiste. Ses études à Phnom Penh, ses fréquents aller-retours en France, son installation à Siem Reap, rien ne semble lui faire oublier les années d’enfance passées dans les rizières de la province de Kandal. Ces souvenirs sont retranscrits sur la toile, à l’acrylique apposée au couteau, à grands renforts de couleurs.

Sary Nou
Sary Nou

Cet artiste polyvalent, à la fois illustrateur, photographe, sculpteur et peintre, consacre l’essentiel de son temps à ces deux dernières activités. Dans son atelier de Siem Reap, Nou Sary ne cesse de rendre hommage à cette nature qui lui est si chère. Avec succès, puisque le peintre de 47 ans a déjà vu ses œuvres exposées en Corée, au siège de l’UNESCO ainsi que dans des galeries d’art en France.

Oeuvre de Sary Nou
Oeuvre de Sary Nou

Ce francophone conserve des liens étroits avec l’Hexagone, puisqu’il a passé six années à Saint-Etienne, de 2001 à 2006, au sein de la prestigieuse École supérieure d’art et de design dont il sortira médaillé et diplômé. Non sans avoir officié, pour payer ses études, comme chef cuisinier dans un restaurant japonais réputé de la ville. Incontestablement doué et multitâche, Nou Sary espère avoir dans un futur proche plus de temps pour enseigner l’art aux jeunes générations, et notamment aux enfants en difficulté.

Oeuvre de Sary Nou

Channy Chhoeun, une autre vision de la nature

Si la nature occupe elle aussi une place centrale dans les œuvres de Channy Chhoeun, la perspective par laquelle ce jeune artiste l’aborde est sensiblement différente de celle de Nou Sary. A 31 ans, Channy fait part d’une vision engagée, alertant le spectateur des dangers de la modernité, qui guettent non seulement l’environnement, mais aussi l’humanité tout entière.

Channy Chhoeun
Channy Chhoeun

C’est dans son enfance, alors qu’il grandit dans des conditions difficiles dans la campagne de Battambang, qu’il se prend de passion pour les animaux en général, et les oiseaux en particulier. Tout support est alors bon pour les dessiner, de la terre battue aux cahiers d’écolier. Ses professeurs remarquent son talent, son père, aussi, et tous l’encouragent à persévérer.

Oeuvre de Channy Chhoeun
Oeuvre de Channy Chhoeun

C’est auprès de Phare, qui organise des ateliers de formation artistique gratuits, que Channy va perfectionner son talent sept années durant, pour l’enseigner ensuite aux toxicomanes en guise de thérapie. La reconnaissance venant, il se consacre à son art à temps plein depuis 2015, s’installe à Siem Reap et produit de nombreuses œuvres exposées à travers tout le Cambodge ainsi qu’à Paris.

Oeuvre de Channy Chhoeun

Francis Natividad, l’humain au centre de tout

Le troisième artiste de l’exposition est un Cambodgien de cœur. Francis Natividad, né aux Philippines, a découvert le royaume en 2009, alors qu’il parcourait l’Asie le sac sur le dos. Le coup de foudre fut immédiat, et Francis décide alors de partager son temps entre Manille et Siem Reap, où il exerce de nombreuses activités humanitaires tout en pratiquant les arts de la céramique et de la peinture.

Francis Natividad
Francis Natividad

Ce sont ses œuvres peintes qui sont exposées au Méridien, où transparaissent les influences de Gauguin et qui rendent hommage au corps humain. Mais certainement pas de manière académique : ses tableaux sont là pour « offrir une nouvelle vision de la nudité, une vision qui joue avec les codes établis ». Très engagé en faveur de la paix, cet artiste de 31 ans au regard pétillant enchaîne les créations, malgré l’exercice, en parallèle, d’un métier dans le marketing auprès d’un grand hôtel. Ce qui ne l’empêche nullement de produire des œuvres, la plupart des peintures exposées ayant été terminées dans les jours précédant l’événement.

Oeuvre de Francis Natividad
Oeuvre de Francis Natividad

Toujours disponible pour enseigner auprès du jeune public, Francis Natividad considère l’art comme une forme primordiale de lutte contre les discriminations, le racisme, la censure, l’homophobie et les normes trop strictes imposées par la société.

Oeuvre de Francis Natividad

« Perspectives », au Méridien Angkor jusqu’au lundi 19 novembre 2018.

Textes et photographie par Rémi Abad

Haut de page