Tribunal : Mandat d’arrêt contre l’analyste politique Kim Sok

Le tribunal municipal de Phnom Penh a émis aujourd’hui un mandat d’arrêt contre l’analyste politique Kim Sok. Ce dernier est actuellement réfugié en Thaïlande depuis début septembre.

Kim Sok, l’analyste politique cambodgien lors de sa libération
Kim Sok, l’analyste politique cambodgien lors de sa libération

Le mandat a été émis après que M. Sok ne se soit pas présenté devant le tribunal vendredi pour être interrogé sur une affaire de diffamation.

L’avocat de M. Hun Sen a déposé la dernière plainte en diffamation contre M. Sok au début de l’année alors qu’il était encore en prison et purgeait déjà une peine de prison de 18 mois pour diffamation. L’analyste a été poursuivi pour avoir accusé le parti au pouvoir d’avoir commandité l’assassinat du commentateur politique cambodgien Kem Ley.

M. Sok a purgé sa peine à la fin du mois dernier. En sortant de prison, ce dernier a provoqué presque immédiatement la colère de M. Hun Sen en critiquant l’initiative du Premier ministre de créer un conseil consultatif. Il avait également sommé Kim Sok de payer l’amende de 800 millions de riel infligée par le tribunal en faveur du Parti populaire cambodgien.

Haut de page