Siem Reap : La laque à l’honneur jusqu’au 9 septembre

Venus du monde entier

70 laqueurs se sont donné rendez-vous à Siem Reap pour partager leur amour d’un art plusieurs fois millénaire. 70 artistes venus du monde entier, de l’Asie bien entendu, berceau de cette tradition, mais aussi des Etats-Unis et de France, où le secteur regroupe une centaine de professionnels.

Participants venant de l’Institut A.P.S.A.R.A.
Participants venant de l’Institut A.P.S.A.R.A.

Cette rencontre, organisée par la fondation japonaise Asian Lacquer Craft Exchange Project, l’Université des Arts de Tokyo et l’Angkor Artwork des frères Stocker répond à tous ses objectifs : mettre en relation artistes et artisans aux profils éclectiques, promouvoir une tradition parfois menacée, et susciter l’intérêt du public en exposant une sélection d’œuvres sublimées par la beauté de cette résine exceptionnelle.

Un bocal de laque venant de Kompong Thom, où poussent les Glusa Usitata
Un bocal de laque venant de Kompong Thom, où poussent les Glusa Usitata

Conférences

De nombreuses conférences, ainsi qu’une série d’infographies, ont permis d’aborder des sujets aussi variés que la place de la laque dans l’Asie contemporaine, la restauration et la conservation des œuvres, ainsi que les procédés utilisés afin de collecter la précieuse matière première. L’occasion, aussi, d’effectuer un état de l’art d’une activité qui peine, dans certains pays, à séduire de nouveaux disciples.

Le blanc est constitué de coquille d’œuf
Le blanc est constitué de coquille d’œuf

Pour Sakurako Matsushima, artiste, enseignante à l’Université d’Utsunomiya et directrice de ce projet d’échange, « ces rencontres permettent de confronter des techniques parfois très divergentes. Les arbres dont on extrait la sève, les outils, les ingrédients, les motifs et les objets sur lesquels la laque est appliquée, tous ces éléments diffèrent selon les cultures. Apprendre quelles sont ces différences afin de s’en inspirer permet d’ouvrir de nombreuses perspectives. »

Eric Stocker
Eric Stocker

Ateliers

Des ateliers ont aussi permis aux étudiants de se former aux techniques thaïlandaise, birmane, japonaise et cambodgienne. Le workshop concernant cette dernière était supervisé par Eric Stocker, maître-laqueur installé depuis vingt ans à Siem Reap et dont l’atelier produit quelques-unes des plus belles pièces du royaume.

De la cendre de feuille de palmier est incorporée au mélange
De la cendre de feuille de palmier est incorporée au mélange

L’artisan se réjouit que cette édition ait été organisée au Cambodge, pays où la culture de la laque, autrefois florissante, avait complètement disparu après le règne des Khmers rouges. Eric Stocker, qui a effectué ses classes au sein du prestigieux musée Guimet, a œuvré sans relâche pour la renaissance de cet art, parcourant le pays à la recherche du précieux Glusa Usitata, dont la sève, une fois collectée, forme la laque brute.

Au Sofitel de Siem Reap

Depuis 2014 et sa rencontre avec Sakurako Matsushima, Eric participe à toutes les éditions de ce programme d’échange itinérant : Bagan, Bangkok, Hanoi, Chiang Mai… et aujourd’hui Siem Reap, où les œuvres des 70 laqueurs participants peuvent s’admirer gratuitement dans le lobby du Sofitel jusqu’au 9 septembre.

Pour consulter plus de photographies, cliquer ici…

Texte et Photographies par Rémi Abad

Haut de page