Loisirs : Que faire à Phnom Penh ce weekend ?

Une sélection de quelques événements ce weekend, proposée par Adèle Tanguy.

DJ Max Sidorov
DJ Max Sidorov

Du côté des évènements musicaux, la Meta House organise deux soirées, vendredi et samedi. Vendredi se tiendra le Live Blues Concert & DJ Party. Promenez-vous avec Pavel Ramirez et Colin Grafton à travers le pantheon du blues, de ses racines africaines au Mali au delta du Mississippi et même au Minnesota. Invité spécial : Keiko Kitamura (percussions). Entrée gratuite !

Samedi soir, rendez-vous à la Trance Party with DJ Max Sidorov, de Russie. Il accueille tous les amis de la bonne musique pour un mélange électronique de house, techno et trance.

Vendredi et samedi, de 21h à 2h, 37 boulevard Sothearos, Phnom Penh

Le programme artistique phnom-penhois est aussi chargé, ce weekend.

The True Cost
The True Cost

Vendredi, à la Meta House toujours, sera projeté un documentaire sur l’industrie de la mode, The True Cost. Ce long métrage propose un aperçu désolant des conséquences de notre addiction à la mode. M. Morgan dessine un portrait de l’exploitation qui fait rage dans ce milieu et qui devrait nous écoeurer de ces jeans à 20 dollars. M. Morgan plonge au bas de la chaîne d’approvisionnement, dans les usines de confection du Cambodge et du Bangladesh et dans les champs de coton de l’Inde, où il associe les calamités écologiques et sanitaires à l’utilisation de pesticides.

Vendredi de 16h à 17h30 #37 Sothearos Blvd, Phnom Penh

Animal Farm
Animal Farm

Côté spectacles, de ce jeudi au lundi 10 novembre la troupe de comédiens de Phnom Penh présente Animal Farm, une adaptation du roman de George Orwell dans un contexte cambodgien, au département des Arts du spectacle

Département des Arts du spectacle, rue 384 (entre les rues 173 et Mao Tse Tong)
Billets en vente (10 $) au restaurant Kwest, rue 154 (Riverside)
au Box-Office, rue 244 (près de la rue 240)
au Lot 369 Cafe & Bar, rue 454 (marché russe) et rue 282 (BKK1)

Journey to the Authentic Self via Art Therapy
Journey to the Authentic Self via Art Therapy

Samedi, de 15h à 17h, Hiratsuka Niki Art Therapy organise un atelier gratuit d’art-thérapie à l’espace créatif Anima Mundi. “Ces ateliers coûtent habituellement 20 dollars par personne, mais je les gère gratuitement en échange de pouvoir utiliser vos œuvres d’art dans un cours d’art-thérapie en ligne que je crée actuellement, intitulé ”Journey to the Authentic Self via Art Therapy”, explique-t-elle. Des groupes de quatre personnes seront formé sur les thèmes suivants : cartographier le parcours de votre héros(ine), trouver vos boucles de conte de fées, reconquérir vos projections, drame dans le triangle de Karpman, liaison au corps, connexion avec votre symbole de guérison, découverte de vos rêves, harmonisation avec votre identité authentique.

Inscriptions : https://docs.google.com
Pour plus d’information, vous pouvez contacter Nikki par mail : transpersonalarttherapy@gmail.com
Samedi, de 15h à 17h, espace créatif Anima Mundi, au croisement des rues 135 et  460, Phnom Penh

Gravures sur bois de Khun Gechsoun alias Kek Soon
Gravures sur bois de Khun Gechsoun alias Kek Soon

Et si vous n’avez pas encore eu l’occasion d’y aller, certaines expositions sont toujours en cours, telles que l’exposition de gravures sur bois de Khun Gechsoun alias Kek Soon. Elle y dépeint des scènes de la vie de Kampot.

Space Four Zero Gallery, EO rue 240 à Phnom Penh

exposition de Sin Many, intitulée “Sign”
Exposition de Sin Many, intitulée “Sign”

Au Java Creative Café, à Tuol Kork, a aussi encore lieu l’exposition de Sin Many, intitulée “Sign”, dans le cadre de la série Creative Generation pour 2018. Son travail porte sur le bien-être de l’humanité et le relations avec les autres et ses environs.

 Jusqu’au 7 octobre, au  Java Creative Café, Phnom Penh

“Thunder and Rain” ou Le conte de la déesse de la tempête
“Thunder and Rain” ou Le conte de la déesse de la tempête

A la galerie Bong est aussi toujours visible l’exposition collaborative “Thunder and Rain” ou Le conte de la déesse de la tempête, des artistes cambodgiens Apsvra et Penkuro Ils y reprennent une version visuelle du conte populaire cambodgien Moni Mekhala.

Galerie Bong (rue 240 ½), Phnom Penh, jusqu’au 23 septembre

Language Barrier
Language Barrier

Au Centre Bophana, vous pouvez voir l’exposition photographique “Language Barrier”. Siv Serey y présente son projet qui documente l’histoire et la mémoire des enfants cambodgiens métis et de la seconde génération de la diaspora cambodgienne vivant à Siem Reap. Jusqu’au 20 septembre…

 

 

Haut de page