Interview – PNUD : Nick Beresford, progrès remarquables et challenges du Cambodge

Nick Beresford est le directeur national du Programme des Nations Unies pour le Développement au Cambodge. Le PNUD travaille avec le gouvernement cambodgien, des groupes de la société civile, des organisations communautaires, des agences d’aide, des donateurs et le secteur privé sur des questions liées aux objectifs de développement durable de l’ONU.

Nick Beresford est le directeur national du Programme des Nations Unies pour le Développement au Cambodge
Nick Beresford est le directeur national du Programme des Nations Unies pour le Développement au Cambodge

Sur quelle zone de développement le PNUD Cambodge travaille-t-il avec le gouvernement cambodgien ?

Nous pourrions diviser le travail que nous faisons avec le gouvernement cambodgien en trois domaines. Le premier concerne la protection de l’environnement, liée au changement climatique. La seconde concerne la prospérité et la résilience. Et le troisième examine les questions politiques liées à la gouvernance et aux politiques économiques.

Que pensez-vous du développement au Cambodge et des inégalités ?

Nous examinons le développement en général. Tout d’abord, le développement économique a été très fructueux. Sur une période de 15 ans, l’économie a plus que triplé. Nous avons vu la pauvreté chuter de plus de la moitié. C’est une réussite remarquable.

En ce qui concerne la gouvernance, je pense que la gouvernance démocratique pose des problèmes.  Il y a encore du travail à faire. Les données statistiques montrent qu’en réalité, l’inégalité est sous contrôle. Elle se compare bien aux pays voisins et ne montre aucun signe de mauvais augure. Mais je pense que l’un des problèmes est parfois la qualité des données que nous utilisons. Nous savons que certains systèmes de données nationaux ont besoin d’être améliorés, et on ne peut pas être certain que les données que nous utilisons puissent nécessairement refléter le résultat final.

Nick Beresford, comment voyez-vous les progrès de la gouvernance ?

Sur la question de la gouvernance, je veux dire que quelques jours avant les élections, le Secrétaire général a publié une déclaration et a appelé à un processus politique inclusif et pluraliste. Il a appelé le gouvernement à respecter les normes internationales relatives aux droits humains, à garantir que les acteurs de la société civile et les partis politiques puissent exercer leurs droits démocratiques.

Au sein de l’équipe de pays des Nations Unies, ainsi que du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH), nous avons également exprimé des préoccupations concernant certains problèmes récents où de nombreuses couches de la population avaient exprimé des inquiétudes au sujet de la restriction sur la presse. Je pense que sur les questions de gouvernance, nous reconnaissons qu’il y a du travail à faire. De manière plus positive, nous sommes également désireux de collaborer avec le gouvernement pour voir où nous pouvons aider à réaliser certaines de ces améliorations.

Que devrait-on faire pour que le développement puisse bénéficier aux Cambodgiens ordinaires, en particulier aux millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ou vivant au-dessus du seuil de pauvreté ?

Vous avez des gens en dessous du seuil de pauvreté. À l’heure actuelle, nous estimons que 10% de la population se trouve sous le seuil de pauvreté. Mais une grande partie de la population se trouve juste au-dessus du seuil de pauvreté. Ils ne sont peut-être pas considérés comme des pauvres, mais nous les classons comme vulnérables aux chocs économiques, aux chocs sanitaires, etc. Je pense que l’une des politiques les plus importantes à l’avenir est la politique de protection sociale. Nous sommes très heureux de voir que le gouvernement a été très actif dans ce domaine, en mettant en place certaines des premières politiques de protection sociale.

Pensez-vous que cela a à voir avec le renforcement des institutions publiques ?

Oui, c’est un autre aspect. Je pense que cela est également important pour que le système de protection sociale fonctionne bien. Le Cambodge a besoin de résilience et également de bonnes capacités au sein de son gouvernement pour pouvoir administrer ces programmes correctement.

Nick Beresford, les ministères se plaignent souvent de ne pas avoir de fonds car ils dépendent de l’aide étrangère. D’où vient l’argent neuf ?

Cela touche à des changements importants à travers le Cambodge. Il y a de nombreuses années, le royaume était dépendant de l’aide. Ce n’est plus vrai. Le Cambodge dépend depuis longtemps du commerce. Son ouverture aux marchés étrangers et sa croissance économique ont été le moteur qui a aidé les gens à sortir de la pauvreté.

En allant de l’avant, nous voyons deux choses qui fonctionnent. d’abord, vous avez un taux de croissance économique élevé, environ 7%. Cela est vrai depuis de nombreuses années. Deuxièmement, vous avez un très bon taux de recouvrement des impôts, peut-être environ 20%, ce qui est assez élevé pour cette région. Certes, il se compare bien à ses voisins. Si nous réunissons ces deux éléments, la marge de manœuvre budgétaire du gouvernement augmente assez rapidement.

Êtes-vous préoccupé par la corruption au Cambodge ?

Nous devons nous rappeler que tous les pays à revenu moyen inférieur sont confrontés à ce problème. En fait, de nombreux pays à revenu intermédiaire, et de nombreux pays à revenu élevé sont confrontés à ce problème.

Donc, le Cambodge n’est pas seul. Je pense que c’est naturel et que c’est un aspect particulier du développement économique, où, il ya seulement quelques années, le Cambodge était un pays à faible revenu. Le problème des fuites, de la corruption, de la transparence et de la responsabilité devrait se poser. Nous devrions nous attendre à ce qu’ils soient là, mais nous n’avons aucune raison de les accepter ou de dire que nous ne devrions pas essayer de les combattre.

Je pense que si vous regardez les pays les plus riches comme la Chine, ils ont fait une approche très publique et très engagée vis-à-vis du problème et ils prennent des mesures fortes pour essayer de régler le problème. Donc, je pense qu’il y a beaucoup de leçons à tirer en Asie où le gouvernement peut prendre des mesures et voir comment il peut commencer à résoudre ce problème avec plus de succès.

Le gouvernement cambodgien a-t-il fait assez pour combattre la corruption dans le pays ?

Difficile à dire. Je pense qu’à l’heure actuelle, c’est tout un défi pour le gouvernement. Mais je pense que le gouvernement est au courant de cela. De plus, il doit trouver sa propre voie pour y remédier et y remédier plus efficacement. Les partenaires de développement tels que nous-mêmes font tout notre possible pour aider à résoudre ce problème. Le gouvernement peut notamment augmenter le salaire des fonctionnaires en offrant aux fonctionnaires un niveau de vie décent. Cela aide à réduire la nécessité pour les fonctionnaires de rechercher d’autres formes de revenus.

Je pense que l’exemple le plus célèbre est Lee Kuan Yew à Singapour, qui a pris une position très ferme contre la corruption et a également augmenté de manière très significative les salaires pour s’assurer que les emplois de la fonction publique sont très bien payés. Il y a beaucoup de façons différentes d’y remédier et nous encourageons le gouvernement à examiner ces exemples et à faire ce qu’ils peuvent pour aller de l’avant dans ces efforts.

Comment les partenaires de développement peuvent-ils aider les Cambodgiens à demander des comptes au gouvernement ?

Je pense que nous pouvons voir que le gouvernement prend des mesures pour tendre la main sur les alliances politiques et être plus inclusif, mais nous faisons tout notre possible pour encourager le gouvernement. Bien entendu, c’est au gouvernement et à la population cambodgienne de régler ces problèmes. En même temps, à l’ONU, nous réaffirmons les principes auxquels nous sommes attachés : la gouvernance démocratique et les droits de l’homme. Nous avons déjà exprimé certaines de nos préoccupations et, parallèlement, nous avons également encouragé le gouvernement à aborder les questions de gouvernance inclusive, à aborder la question de la gouvernance démocratique.

Avec Sotheary You – VOANewskh

Haut de page