Instants de Cambodge : Les dédales du Phsar Thmey

Phsar Thmey, également connu sous le nom de marché central, est un édifice de style colonial construit en 1937.

Le marché central se trouvait autrefois dans un marais et était occupé par un lac connu sous le nom de Beng Decho. Aujourd’hui, ce beau marché pittoresque est devenu un landmark à Phnom Penh.

En khmer, Phsar Thmey signifie littéralement «Nouveau marché».

Le Phsar Themey dispose d’une élégante rotonde Art Décor avec des ailes s’étendant dans quatre directions différentes symbolisant le Chaktomouk (confluent de quatre rivières).

Le Dome, symbole du centre économique, serait parmi les plus grands du monde…

Vendredi, 13h : On m’avait parlé du Marché central comme le marché “en forme d’étoile”. L’image d’une toile d’araignée lui correspond cependant beaucoup mieux, me dis-je dès que j’y mets les pieds.

Marché central vu depuis la rue
Marché central vu depuis la rue

Il est vrai que de loin, la forme bâtiment aux quatre branches partant du dôme central peut faire penser aux représentations que l’on fait couramment des astres, de même que sa couleur jaune pâle.

Mais en m’avançant de plus près, je ne peux que constater que toute la géométrie suggérée par le terme d’étoile n’est qu’une illusion. Entre les quatre branches régulièrement espacées s’offre alors à moi un dédale entre des stands couverts par de grandes toiles vertes, ressemblant fortement aux innombrables fils de l’œuvre de l’arachnide.

Vendeuse de vêtements
Vendeuse de vêtements

Mais je n’arrive pas à reconnaître les allées, toutes semblables, et tourne en rond.  Quel que soit le chemin emprunté, je finis par retourner au centre, où le scintillement des stands de bijoux et d’or semble vouloir m’attirer et me retenir.

A l’espace alimentaire
A l’espace alimentaire

C’est avec peine que je réussis finalement à traverser l’espace de restauration et à sortir. Je me résignerai alors à rejoindre mon point de départ en contournant le marché, traversant pour cela la foule de rickshaws attendant devant les entrées et tentant d’attirer mon attention par leurs “tuk-tuk lady ? ”.

Sourires du Phsar Thmey
Sourires du Phsar Thmey

Pour plus de photographies, cliquer ici…

Par Adèle Tanguy

Haut de page