Agriculture : Vers la réglementation de l’exploitation des nids d’hirondelle

Le gouvernement envisage de réglementer l’industrie des nids d’oiseaux comestibles au Cambodge. Dans une directive publiée la semaine dernière, le ministère de l’Agriculture appelle les propriétaires de fermes à s’inscrire à l’administration forestière du ministère.

Produit de choix

Les nids, créés à partir de la salive séchée d’une espèce d’oiseau, sont très recherchés en Chine, où ils peuvent rapporter plus de 2 000 dollars le kilo. On parle dans le langage populaire de nid d’hirondelle, mais il serait plus juste de parler de nid de martinet. Seules quelques espèces de martinets sécrètent un mucus comestible, qu’ils utilisent pour construire leurs nids. Et une seule espèce de martinet l’Aerodramus fushipagus (« yen-ou » en chinois) produit un nid blanc translucide entièrement comestible.

Le nid dit d’hirondelle produit par la sécrétion d’un mucus mucilagineux. Ce mucus est recherché comme produit de luxe par la cuisine traditionnelle chinoise et de nombreux pays d’Asie du Sud-Est. Mais on lui attribue aussi nombreuses vertus pour la santé.

Ces nids sont blanchâtres et translucides, parfois teintés de jaune, avec un aspect qui évoque les galettes de riz. La plupart des autres espèces fabriquent des nids qui ne sont que partiellement comestibles. Dans ce dernier cas, on n’en utilise que la partie poreuse constituée de mucus séché.

Au Cambodge

Le président de la Cambodia Bird’s Nest Federation, Nang Sothy, a déclaré qu’en 2014, il y avait jusqu’à 3 000 fermes de nids dans tout le pays.

Yorn a déclaré qu’en s’inscrivant, les producteurs pourraient voir leurs nids certifiés et pourraient être un précurseur à un secteur d’exportation réglementé par l’État. La valeur de l’industrie mondiale est estimée à plus de 5 milliards de dollars US par an.

La Chine est le plus grand marché pour la consommation, tandis que l’Indonésie et la Malaisie sont les principaux fournisseurs mondiaux.

Les qualités gustatives du nid d’hirondelle seraient plutôt limitées et son attrait résiderait principalement dans sa rareté.

Idem pour les vertus médicinales, celles-ci n’ont jamais été démontrées. Selon les croyances, Les nids d’hirondelles seraient bons pour la peau et les poumons, la beauté du visage, et la grippe, la toux, l’asthme, et les maux de gorge.

La tradition les recommande aux femmes enceintes pour que le bébé ait une belle peau et des os solides. Selon certains producteurs, leur consommation freinerait ou bloquerait même la croissance de cellules cancéreuses…

Investissement

Selon M. Yorn, la croissance des habitations rapides fera partie de la croissance économique, car la valeur des produits de nidification des oiseaux est reconnue pour leur grande valeur sur le marché. Ils représentent également un gros investissement, a-t-il déclaré.

Ou Vong Vireak, le propriétaire de trois fermes dans la province de Kampot, a déclaré que l’investissement nécessaire pour entrer dans l’industrie du nid d’hirondelle est d’au moins 100 000 dollars.

Il a aussi  indiqué que le prix actuel du marché se situait entre 800 et 1 100 dollars le kilo pour les nids non transformés, alors que les nids nettoyés peuvent coûter entre 1 700 et 2 200 dollars le kilo.

Un kilogramme de nids frais se vend à Hong Kong entre 3 000 et 5 000 dollars. Ailleurs, il a pu dépasser les 6 000 dollars.

Haut de page