Textile : Négociations salariales en septembre prochain

Le gouvernement cambodgien a annoncé qu’il organiserait une nouvelle série de consultations concernant le salaire minimum pour les travailleurs du textile à partir de septembre.

Textile : Négociations salariales en septembre prochain
Textile : Négociations salariales en septembre prochain

Le gouvernement souhaite organiser des négociations salariales annuelles minimales entre les propriétaires d’usine, des représentants de l’industrie et les syndicats depuis les violentes grèves ouvrières du textile ayant causé la mort d’au moins cinq personnes en 2014.

“…Toutes les parties concernées doivent considérer les facteurs sociaux : condition familiale, inflation et dépenses quotidiennes et aussi les facteurs économiques : productivité, compétitivité du pays, situation de l’emploi et niveau de revenu de l’industrie, pour pouvoir discuter…”, indique une déclaration du gouvernement.

L’année dernière, le Premier ministre Hun Sen a supervisé l’augmentation du salaire minimum à 170 dollars par mois avec des avantages supplémentaires tels que le transport gratuit et les soins médicaux.

Avec 740 000 ouvriers, le textile représente l’un des secteurs clés de l’économie du pays. C’est aussi un électorat susceptible d’influencer une élection.

Yang Sophoan, Présidente de l’Alliance générale des syndicats du Cambodge, a indiqué que malgré plusieurs augmentations de salaires depuis les grèves de 2013 et 2014, la représentation syndicale est encore faible par rapport à la puissance des entreprises de confection.

“…De nombreux syndicats ont tenté de protéger les conditions des travailleurs lors des négociations…”, a-t-elle dit, ajoutant que les syndicats qui défendent les droits des travailleurs sont marginalisés par le gouvernement.

Ath Thorn, président de la Confédération cambodgienne du travail, a confirmé, en notant qu’une nouvelle loi sur les syndicats et le ciblage des dirigeants syndicaux indépendants par les tribunaux avaient fait pression sur les représentants des travailleurs.

Sophoan et Thorn ont déclaré que les travailleurs auraient besoin d’une augmentation significative de leur salaire mensuel pour que leur revenu puisse suivre l’inflation rapide des dernières années.

Ken Loo, secrétaire général de l’Association des fabricants de vêtements au Cambodge (GMAC), le corps principal de l’industrie du vêtement au Cambodge, a refusé de suggérer dans l’immédiat un chiffre qui serait acceptable pour les propriétaires d’usine.

“…Nous sommes confrontés à la concurrence quotidienne, ce qui signifie que nous voulons simplement que les syndicats prennent en compte les capacités des employeurs avant de réclamer…nous devons rester compétitifs, sinon nos client iront ailleurs si nos coûts sont trop élevés…”, a-t-il déclaré.

Haut de page