Tep Vanny libérée par un pardon royal

Tep Vanny, activiste éminente pour la défense des droits fonciers au Cambodge, et trois militants ont été libérés ce lundi 21 août suite à une grâce royale.

Tep Vanny libérée par un pardon royal
Tep Vanny libérée par un pardon royal

Ce pardon accordé par le roi Norodom Sihamoni, à la demande du Premier ministre Hun Sen, vient moins d’une semaine après le deuxième anniversaire de l’emprisonnement de la militante.

Tep Vanny avait mené des protestations contre les expulsions de la communauté riveraine du lac Boeung Kak à Phnom Penh.

Le gouvernement avait accordé en 2007 une concession de 99 ans à un homme d’affaire cambodgien et une société chinoise. L’intention était de développer une communauté résidentielle et commerciale de luxe sur le site de l’ancien lac.

L'ancien lac Boeung Kak à Phnom Penh.
L’ancien lac Boeung Kak à Phnom Penh.

A l’époque, les groupes de défense des droits de l’homme avaient qualifié l’affaire contre Tep Vanny et d’autres militants de Boeng Kak d’injustice.

Une semaine après son arrestation, le tribunal municipal de Phnom Penh l’avait condamnée à six jours de prison pour des accusations d’outrage à un fonctionnaire public lors d’un « Black Monday », une protestation organisée dans la capitale pour exiger la libération des militants des droits de l’homme.

Tep Vanny avait ensuite été transféré en prison sur la base d’une série de charges anciennes réactivées par le procureur.

Le juge l’avait alors condamnée à deux ans et demi de prison et ordonné de payer une amende de cinq millions de riels (environ 1250 $ US). Le tribunal lui avait également ordonné de payer 9 millions de riels (2 250 dollars) en compensation à deux agents de sécurité.

Le 8 Août, 2017, la Cour  d’appel de Phnom Penh avait confirmé la décision de première instance, de même que la Cour suprême le 8 février 2018.

Haut de page