Sok Eysan : Les 125 sièges gagnés iront au PPC

Lors d’une conference de presse organisée le 16 août, le PPC a déclaré que les 125 sièges gagnés lors des précédentes élections ne seraient pas partagés avec les autres partis politiques.

Le porte-parole du PPC, Sok Eysan
Le porte-parole du PPC, Sok Eysan

Le porte-parole Sok Eysan a déclaré que le PPC prendra tous les sièges à l’Assemblée nationale, démentant ainsi une rumeur selon laquelle des sièges auraient pu être distribués à d’autres partis.

L’argument du porte-parole tient, dit-il, à la volonté des électeurs. ”…Si les électeurs avaient voulu une répartition differente, les voix se seraient tournés vers d’autres partis…ils ont choisi le PPC, nous ne voulons pas trahir leur confiance…”, a-t-il déclaré.

Sok Eysan a ajouté que l’élection avait montré que les Cambodgiens avaient confiance dans le PPC.

Conférence de presse du PPC organisée le 16 août
Conférence de presse du PPC organisée le 16 août

Chhim Phal Virun, autre porte-parole du parti, a précisé que : ”…La démocratie multipartite ne se réfère pas au nombre des partis élus à l’Assemblée nationale, elle met l’accent sur le système politique qui permet à plusieurs partis politiques de participer à l’élection…”.

Plus tôt, le Premier ministre Hun Sen avait indiqué le parti au pouvoir invitera des représentants de tous les partis à se joindre à un forum de consultation avec le gouvernement le mardi 21 août, avant la formation d’un nouveau gouvernement le 6 septembre.

”…Je proposerai aux responsables des autres partis politiques des postes de secrétaire d’Etat, sous-secrétaire d’Etat, ou conseiller du gouvernement royal…mais ils ne seront pas membres du gouvernement. Cette position nécessite un vote de confiance du parlement…”, avait déclaré le Premier ministre le 15 août.

“Nous allons consulter et échanger des idées pour parvenir à la possibilité de former un mécanisme officiel qui se déroule régulièrement dans le cadre de la législature”, avait-t-il ajouté.

Concernant l’éventuelle libération de Kem Sokha, le PPC a indiqué ne pas vouloir interférer dans le processus judiciaire.

Concernant enfin un retour de l’ancien chef de l’opposition Sam Rainsy au Cambodge, le mot de la fin est revenu à Sok Eysan. Ce dernier a déclaré : ”…qu’il vienne, purge ses 50 ans de prison, et ensuite nous pourrons éventuellement discuter…”.

Haut de page