Santé : Mam Bun Heng, 50% des décès dus aux maladies non transmissibles pourraient être évités

Le ministre de la Santé a exhorté les ministères concernés à répondre aux défis posés par les maladies non transmissibles, arguant que plus de 50% des décès dus aux maladies pourraient être évités.

Quatre maladies ; les maladies cardiaques, le cancer, le diabète et les maladies respiratoires chroniques sont à l’origine de plus de la moitié des décès au Cambodge. Et ce sont des maladies ”évitables”.

D’après l’organisation mondiale de la santé, les risques de mourir d’une de ces quatre maladies au Cambodge est de 18% pour la tranche de population entre 30 et 70 ans.

Le ministre de la Santé Mam Bun Heng a lancé cet appel lors du lancement du Plan national d'action sur la prévention et la lutte contre la maladie (2018-2027) le 28 août 2018.
Le ministre de la Santé Mam Bun Heng a lancé cet appel lors du lancement du Plan national d’action sur la prévention et la lutte contre la maladie (2018-2027) le 28 août 2018.

OMS

Selon un rapport de l’OMS, les principales causes de décès au Cambodge demeurent :

  1. Les maladies cardio-vasculaires : 24%
  2. Le cancer : 13%L
  3. La malnutrition et les complications périnatales : 37 %
  4. Les maladies respiratoires chroniques : 4%
  5. Le diabète : 2%
  6. Les blessures et complications : 11%

Le ministre de la Santé Mam Bun Heng a lancé cet appel lors du lancement du Plan national d’action sur la prévention et la lutte contre la maladie (2018-2027) le 28 août 2018.

Le ministre a déclaré que le gouvernement royal du Cambodge accordait une attention toute particulière à l’augmentation des maladies cardiovasculaires, du diabète et des maladies respiratoires chroniques.

Urgence

Il a demandé des mesures urgentes pour remédier à la consommation de tabac, à la consommation excessive d’alcool, à un régime alimentaire déséquilibré et au manque d’activité physique.

Le ministre a également indiqué que le problème des maladies non transmissibles au Cambodge ne peut être résolu par un seul ministère de la santé. Selon lui, bon nombre des  causes principales des maladies infectieuses restent en dehors du contrôle du ministère de la santé.

Modes de vie

”…Si les modes de vie ne s’améliorent pas, s’il n’y a pas d’action sérieuse de prévention, je crains que ces maladies soient appelées à se développer de façon exponentielle dans le royaume…”, a souligné le ministre.

Il a suggéré également qu’il y ait beaucoup plus d’actions de prévention. Selon lui, l’environnement alimentaire, les carences en matière d’hygiène et la nécessité de mener une vie plus saine ne sont pas du seul ressort du ministère de la santé.

Liu Yunguo, représentant de l’Organisation mondiale de la santé au Cambodge, a déclaré : ”…Nous nous sommes déjà engagés à répondre aux nouveaux défis causés par ces maladies. Le programme de lutte contre les maladies non transmissibles de l’Organisation mondiale de la santé renforcera les systèmes de santé pour lutter contre les maladies infectieuses.

Liu Yunguo a ajouté que le plan d’action multinational a contribué a une réduction considérable des problèmes posés par les maladies non transmissibles.

Haut de page